Choisissez votre langue en | es | fr | it

Critique : Sous toi, la ville

email print share on facebook share on twitter share on google+

Dans les tourbillons du pouvoir

par 

- Coup de foudre adultère et chaotique dans les coulisses cyniques de la finance internationale. Un long métrage allemand dévoilé dans la section Un Certain Regard du festival de Cannes 2010

Critique : Sous toi, la ville

Très présent à l’écran au Festival de Cannes 2010 avec Wall Street 2 en sélection officielle hors compétition et Cleveland contre Wall Street [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Jean-Stéphane Bron
fiche film
]
à la Quinzaine des réalisateurs, l’univers des grandes banques a servi également de toile de fond à Sous toi, la ville [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Christoph Hochhäusler
fiche film
]
de l‘Allemand Christoph Hochhäusler, dévoilé au Certain Regard. Le 3ème long du cinéaste (déjà passé par la même section cannoise en 2005 avec L'imposteur) transpose en effet dans le monde du capitalisme un récit classique d’attraction amoureuse destructrice entre deux personnalités que tout oppose.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans un restaurant panoramique select en haut d’une tour surplombant Francfort, quatre hommes d’affaires préparent secrètement un rachat qui ferait passer un groupe au 5ème rang européen. Parmi eux, Roland (l’impassible Robert Hunger-Bühler), quinquagénaire au caractère de fer et juste désigné "banquier de l’année". Sous ses ordres travaille depuis deux mois le trentenaire Oliver (Mark Waschke) dont la femme, la très indépendante Svenja (l’excellente Nicolette Krebitz) cherche en vain du travail dans le domaine artistique, se faisant notamment prendre en flagrant délit de bidonnage de CV. Le grand banquier et la jeune femme s’attirent irrésistiblement. Prêt à tout pour satisfaire son désir et surmonter les premières réticences de sa cible, Roland utilise son pouvoir pour envoyer le mari, cadre ambitieux et naïf, en mission de longue durée en Indonésie, un séjour potentiellement très dangereux (un détail soigneusement caché au partant). Mais si Svenja (Nicolette Krebitz) succombe rapidement à l’attraction réciproque, le déséquilibre initial de pouvoir de la liaison changera brutalement de côté…

Détaillant une attirance instantanée quasi animale, les valses-hésitations des jeux de la séduction et les parties de cache-cache des amours adultères, Sous toi, la ville tente aussi de brosser le tableau des mœurs de l’armée du grand capitalisme financier : des reportings réajustés en permanence en bas de l’échelle à l’art du mensonge et des manœuvres de pouvoir en haut. Profitant de sa position, un homme au comble du cynisme semble disposer quasiment d’un pouvoir de vie et de mort sur son employé à qui il vole sa femme. Mais le point de vue du réalisateur fait pencher la balance de l’intrigue vers un chaos affectif qui emportera le dominant dans son maelstrom et lui fera remettre toutes ses valeurs de surface en question pour le simple amour d’une femme. Un fond idéologique (la peur change de camp) qui n’est pas l’aspect le plus convaincant d’un film faisant le grand écart entre grande et petite histoire. Produit par Bettina Brokemper pour Heimatfilm, Sous toi, la ville est vendu à l’international par The Match Factory.

galerie photo

titre international : The City Below
titre original : Unter dir die Stadt
pays : Allemagne
vente à l' étranger : The Match Factory
année : 2010
réalisation : Christoph Hochhäusler
scénario : Christoph Hochhäusler, Ulrich Peltzer
acteurs : Wolfgang Böck, Robert Hunger-Bühler, Corinna Kirchhoff, Nicolette Krebitz, Van-Lam Vissay, Mark Waschke

prix/sélections spéciaux

Cannes 2010 Un Certain regard
regarder le film en VàD

(Service disponible uniquement en France)

cinando

Follow us on

facebook twitter rss

Warsaw

Newsletter

EPI Distribution
LIM