email print share on facebook share on twitter share on google+

CRACOVIE 2018

Zosya Rodkevich • Réalisatrice

“Nous voulions raconter cette histoire de l'intérieur”

par 

- Entretien avec Zosya Rodkevich, un des deux réalisatrices de White Mama, au programme à Cracovie, sur la réalisation du film et la situation des personnages à présent

Zosya Rodkevich • Réalisatrice
(© Krakow Film Festival/Tomasz Korczyński)

White Mama [+lire aussi :
critique
interview : Zosya Rodkevich
fiche film
]
, des Russes Zosya Rodkevich et Evgenia Ostanina, a fait son avant-première mondiale au Festival de Cracovie, dans le cadre de la compétition documentaire. Cineuropa a interrogé Rodkevich sur la réalisation du film.

Cineuropa : Comment êtes-vous tombée sur cette histoire ?
Zosya Rodkevich :
 En 2013, Evgenia Ostanina et moi avons commencé de travailler sur le webdocumentaire Realnost Project, à partir de vidéos de leurs vies filmées par des particuliers avec de petites caméras, et Alina faisait partie des gens qui sont venus passer des auditions.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Comment avez-vous tourné le film, car la caméra est toujours présente dans ce foyer, et elle suit les personnages à chaque instant ?
J'ai passé six jours par semaine avec eux pendant sept mois, et le reste du temps, quand je n'étais pas là, ils se sont filmés eux-mêmes. Mon but était d'imiter le procéde du selfie avec la caméra, car nous souhaitions raconter l'histoire de l'intérieur, comme s'il n'y avait pas d'intrus chez eux, mais qu'ils avaient tout tourné eux-mêmes. Ça n'a pas toujours été facile.

Quel a été l'aspect le plus difficile de cette production?
Me construire une relation avec chaque membrede la famille a été complexe, mais Alina m'a beaucoup aidée. Pendant la production, ce qui était plus dur était de regarder tout le matériel, car nous avons collecté en tout environ 400 heures de film. Tout était très expressif et intéressant, donc il n'a pas été facile de choisir les meilleurs morceaux et de les assembler.

Comment va Daniil à ce jour ?
Alina est parvenue à l'intégrer dans sa famille. À présent, il est plus calme, il va à l'école et il a des amis.

Préparez-vous un nouveau film ?
Je veux faire un film sur Gleb Astafev, un "artiste-actionniste" sibérien de 17 ans. Mon idée est de le filmer sur plusieurs années, comme fait Helena Treštikova avec les personnages de ses documentaires.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi