email print share on facebook share on twitter share on google+

KARLOVY VARY 2018 Compétition

Olmo Omerzu • Réalisateur

"Je me suis concentré sur les personnages, que je voulais utiliser comme des sortes de viseurs"

par 

- KARLOVY VARY 2018 : Cineuropa a interrrogé Olmo Omerzu, prix de mise en scène à Karlovy Vary, sur Winter Flies et l'approche originale qu'il a adoptée en faisant le film

Olmo Omerzu  • Réalisateur
(© ČTK/Slavomír Kubeš)

Le Slovène Olmo Omerzu, formé à la FAMU, a dévoilé son nouveau film, Winter Flies [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Olmo Omerzu
fiche film
]
, en compétition au Festival de Karlovy Vary, où il a remporté le prix de mise en scène. C'est une oeuvre un peu différente de ce qu'il a fait précédemment. Cineuropa l'a interrogé à ce sujet.

Cineuropa : Winter Flies le film tourne autour des conventions du récit d'apprentissage, dont vous usiez déjà dans vos films précédents. Qu'est-ce qui vous attire dans ce genre d'histoire ?
Olmo Omerzu
: En l'espèce, ce n'est pas moi qui ai écrit le scénario mais Petr Pýcha. Il me l'a envoyé dès la première version parce qu'il avait vu A Night Too Young [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Jiří Konečný
fiche film
]
 et apprécié mon travail sur les personnages principaux. Et depuis mon dernier film avant celui-ci, je me trouvais las des jeunes acteurs non professionnels. Ce que j'ai vraiment aimé dans cette histoire, cela dit, c'est l'univers des enfants, et on n'avait pas l'impression en lisant le script qu'il avait été écrit par un adulte avec un oeil extérieur. Ce qui m'a vraiment attiré dans le projet est le fait que jusqu'ici, à chacun de mes films, je savais de quoi il aurait l'air, je maîtrisais tout, alors que là, je savais que ça ne marcherait pas si on ne donnait pas aux jeunes comédiens la place de s'exprimer. J'ai travaillé un peu comme un curateur qui a déjà des éléments du dispositif en place, mais pas tout. Par certains aspects, Winter Flies se rattache au genre film d'apprentissage, mais je me suis avant tout concentré sur les personnages. Je voulais les utiliser comme des sortes de viseurs, et l'histoire était censée s'inspirer entièrement du monde des enfants.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous dites que vous n'avez pas écrit le scénario, mais ne l'avez-vous pas modifié par-ci, par-là ?
Petr Pýcha, l'auteur et moi, avons travaillé ensemble sur le scénario dans le sens où nous avons ajusté la dramaturgie. Je voulais adopter une approche différente pour ce projet, travailler plus intensément sur les répétitions et l'improvisation, donc quand quelque chose se présentait, j'appelais Peter pour lui dire et pour discuter de la manière dont nous pourrions l'insérer dans le scénario, parce que je voulais me concentrer entièrement sur ces deux garçons en particulier, et les intégrer pleinement dans le scénario. D'une certaine manière, le film est aussi leur portrait. Je voulais aussi me pencher sur le sujet de la camaraderie entre ces deux garçons, qui sont complètement différents, et sur le fait que cette camaraderie est possible, même entre deux personnages aussi distincts. À leurs âges, 12 et 14 ans, il n'y a pas d'étiquette ni de barrières, et leur sentiment de liberté est bien plus grand. 

Vous décrivez la conception de ce projet comme très fluide. Est-ce pour cela que le titre a beaucoup changé (Jackdaws on the RoadZigi Zigi Boom...) ?
La première version du scénario s'appelait Jackdaws on the Road parce que nous travaillions sur le motif des choucas (jackdaws en français) dans l'intrigue. Ce que j'ai trouvé intéressant dans le titre anglais du film, Winter Flies, c'est l'ambiguïté. D'un côté, il se réfère à des insectes qui jouent un certain rôle dans l'histoire, de l'autre côté, il souligne la saison à laquelle l'histoire se passe. Cependant, cette ambiguïté n'existe pas dans le titre tchèque du film, qu'on peut traduire très précisément par "tout sera" et qui se rattache plus au final du film et à ce qui pourrait arriver aux garçons dans deux ans.

Quand vous avez présenté le film, vous avez également mentionné le fait qu'il parle d'homosexualité latente.
Je ne suis pas sûr que ce soit le terme le plus adapté, mais ce à quoi je voulais me référer, c'est à la passion qu'on ressent pour le monde et pour tout à cet âge-là, au zèle qu'on a de tout découvrir. La sexualité à cet âge là ne comporte aucun tabou. L'idée qu'on en a est façonnée par rapport à ce qu'on entend, d'où les commentaires machistes que font les deux garçons. Certaines inclinations sexuelles apparaissent (hétérosexuelles et homosexuelles) mais c'est une sexualité qui n'a pas encore pris forme, et c'est ça qui m'intéressait : découvrir la sexualité comme quelque chose de nouveau. 

Travaillez-vous déjà sur un nouveau film ? 
Petr Pýcha et moi-même avons écrit un court-métrage d'environ 30 minutes que nous tournerons en janvier. Nous sommes également en train d'achever le scénario d'un projet intitulé Admin qui est déjà en développement, et que nous aimerions tourner l'année prochaine.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi