email print share on facebook share on twitter share on google+

LOCARNO 2018 Compétition

Radu Muntean • Réalisateur

"Dans notre quête identitaire, nous avons besoin d'amour inconditionnel"

par 

- LOCARNO 2018 : Nous avons rencontré le réalisateur roumain Radu Muntean, dont le 6e long-métrage, Alice T., a été projeté en compétition officielle à Locarno, où il a gagné un prix

Radu Muntean  • Réalisateur

Avec Alice T. [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Radu Muntean
fiche film
]
, le réalisateur roumain Radu Muntean se départ complètement de ses sujets de prédilection habituels. Son sixième long-métrage est un récit d'éducation sur une adolescente qui tombe enceinte, un rôle qui a valu à la comédienne débutante Andra Guţi le prix d'interprétation féminine à Locarno. Muntean a évoqué pour nous la manière dont il a trouvé cette talentueuse jeune fille, le travail avec elle et les difficultés que ce drame familial au féminin a présenté.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Quels étaient les grands défis que présentait ce projet, et pourquoi était-ce aussi important pour vous que la comédienne principale soit une enfant adoptée ?
Radu Muntean :
 Dans ma famille, il y a plusieurs cas d'enfants adoptés. Ma relation avec eux et la manière dont j'ai essayé de comprendre (et dont parfois je suis parvenu à le faire) certaines décisions qu'ils ont prises sont la base de ce film. Bien sûr, il était clair dès le départ que je ne voulais pas faire une étude de cas, mais plutôt un film sur le fait que dans notre quête identitaire, nous avons besoin, parfois désespérément, d'amour absolu et inconditionnel. Le véhicule idéal pour cette entreprise était un type de personnage qui affronte la vie avec un handicap émotionnel particulier et qui est prêt à tout pour effacer l'impression de n'être qu'un accident. 

Pensez-vous que la communication entre adolescents et parents est plus compliquée aujourd'hui qu'elle ne l'était quand vous étiez jeune vous-même ? 
Je me suis souvent posé cette question. J'aurais aimé que mon expérience sur le développement d'Alice T. m'aide à clarifier tout cela et me permette d'être mieux préparé au passage à l'adolescence de mes propres enfants, mais l'ironie, c'est qu'à la fin du tournage, j'ai été accueilli à la maison par deux ados qui refusaient de communiquer – ou alors, ce qu'ils nous faisaient comprendre, c'est qu'ils ne se sentaient pas aussi compris qu'ils l'auraient souhaité, et même qu'ils préféreraient affronter l'absence de leurs parents plutôt que leur compréhension. Peut-être que nous sommes, nous les parents d'aujourd'hui, plus conscients de la barrière d'incommunication qui nous sépare de nos ados. Si on n'arrive pas à la briser, le moins qu'on puisse faire est d'essayer de la tolérer.

Andra Guţi est excellente dans le rôle de l'adolescente désemparée qu'est Alice. Comment l'avez-vous découverte ? Comment s'est passé le travail avec elle ?
Pendant la phase de casting, nous avons vu près de 800 filles. Andra est venue avec plusieurs copines : je pense que ce qui l'intéressait avant tout, c'était de s'amuser, pas d'avoir le rôle, et peut-être que c'est précisément pour cela que sa première audition a été aussi excellente. Après plusieurs essais supplémentaires, il était pour moi évident qu'elle était la seule qui pourrait vraiment bien jouer Alice et que si elle évitait les mauvaises décisions concernant sa carrière, elle deviendrait certainement une excellente actrice. Entre le casting et le tournage, nous avions plusieurs mois pour la former et répéter. La plupart des répétitions se sont faites devant une audience, car je voulais la préparer pour la pression de tournage.

C'est le cinquième film que vous co-scénarisez avec Răzvan Rădulescu et Alexandru Baciu. Comment votre collaboration avec eux a-t-elle évolué depuis Le Papier sera bleu (2006) ? Avez-vous changé pour Alice T. la manière dont vous écrivez généralement ensemble ?
Nous travaillons pareil à chaque fois, mais chaque nouveau sujet a ses challenges propres. Le travail sur Alice T. a été intense, comme d'habitude, mais plus difficile que sur les autres scénarios que nous avons écrits ensemble. C'est la première fois que nous avions une héroïne, une adolescente difficile à aimer, et dont les actes extrêmes devaient faire partie d'une structure plus elliptique que celles que nous avions bâties avant.

Êtes-vous en train de développer un nouveau projet, et si oui, de quoi parle-t-il ? 
Oui, nous envisageons à présent de revenir sur une intrigue que nous avions laissée de côté pour nous concentrer sur Alice T. Si nous parvenons à mettre sur pied ce scénario, il aura pour sujet la générosité.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi