email print share on facebook share on twitter share on google+

FILMS Pologne

Amok : la célébrité au prix de la vie

par 

- Le nouveau film de Kasia Adamik établit un diagnostic de civilisation, celui de la maladie contemporaine de l'obsession de la visibilité

Amok : la célébrité au prix de la vie
Mateusz Kosciukiewicz dans Amok

Lancé aujourd'hui dans les salles polonaises par Kino Swiat, Amok [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le nouveau film de Kasia Adamik (révélée au Festival de Sundance en 2002 avec Bark, Golden Frog à Camerimage en 2008 avec The OFFsiders et co-réalisatrice avec Agnieszka Holland de Janosik, roi des voleurs [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et de Spoor [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Agnieszka Holland
interview : Zofia Wichlacz
fiche film
]
) n'établit pas seulement, contrairement à ce que l'on pourrait penser au premier abord, le diagnostic d’un meurtrier, mais bien celui de notre civilisation, avec sa maladie contemporaine, l'obsession de la visibilité.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’intrigue est fondée sur des faits bien réels. En novembre 2000, un meurtre brutal eut lieu à Wroclaw. Un corps fut trouvé par deux pêcheurs, un mois plus tard, flottant sur les eaux du fleuve Oder. L’enquête n’aboutit à aucun résultat et fut abandonnée au bout d’un an. Et c’est seulement cinq ans après que la police découvrit une nouvelle piste dans le roman Amok qui contenait notamment une description détaillée d’un meurtre ressemblant beaucoup à celui qui avait été commis à Wrocław. L’auteur du livre (interprété dans le film par Mateusz Kosciukiewicz) fut arrêté et condamné à 25 ans de prison au terme d'une enquête manquant de preuves et qui ne s'appuyait que sur les indices livrés par le roman, un ouvrage dont les liens exacts avec la réalité n’étaient connus que d'une seule personne : l’auteur lui- même. 

Le cas du meurtre de Wroclaw fut abondamment relayé par les média polonais et étrangers (BBC, The Guardian, Spiegel, El Pais, etc.). Et c'est en s'inspirant d'un article sur le sujet signé par David Grann dans le New Yorker qu'Alexandros Avranas tourna True Crime [+lire aussi :
critique
fiche film
]
(interprété entre autres par Jim Carrey et Charlotte Gainsbourg). 

Mais ce qui a poussé Kasia Adamik à se pencher sur le sujet, ce n’est ni un article de presse, ni le roman, mais le scénario écrit par Richard Karpala, pour sa grande force visuelle et sa subtile élaboration des personnages. La cinéaste en a effectivement tiré le meilleur profit puisque les portraits du film démontrent un sens aigu de psychologie sont suffisamment approfondis pour que le spectateur n’ait pas d’impression d’entrer dans un jeu, mais bien de participer à une forme d’authenticité. 

Qui a tué ? Pourquoi ? La réalisatrice Adamik ne nous donne pas de réponse. En réalité, sa recherche semble aller plus loin, comme le suggère une déclaration du suspect dans le film : "avant le divorce, ma femme m’avait dit que j'étais devenu fou, que j’étais totalement obsédé par cette histoire. Je voudrais qu’elle lise mon livre, qu’elle lise ce qu'on en dit dans les journaux, qu’elle écoute ce qu'on en dit à la télévision." Ce n’est tant pas le sujet qui taraude le protagoniste, mais plutôt la question de la célébrité et de la visibilité publique. Et c’est là que réside la valeur de la vision de la réalisatrice car elle réussit à s'extraire d'un cas individuel pour essayer de détecter les faiblesses de la nature humaine, démontrer le syndrome d'une société contemporaine plongée dans le Net et pour laquelle le nombre de followers est une mesure de succès et le pouce bleu du "like" un pur synonyme du bonheur.

Au casting, aux côté de Mateusz Kosciukiewicz figurent Lukasz Simlat (United States of Love [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Tomasz Wasilewski
fiche film
]
, These Daughters of Mine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), Miroslaw Haniszewski (I’m a Killer [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Maciej Pieprzyca
interview : Renata Czarnkowska-Listos …
fiche film
]
) et Zofia Wichlacz (Les fleurs bleues [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Zofia Wichlacz
fiche film
]
, Spoor [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Agnieszka Holland
interview : Zofia Wichlacz
fiche film
]
; Shooting Stars 2017 de l'European Film Promotion - voir l'interview). 

Amok a été produit par K&K Selekt Film et coproduit par TVN, Kino Świat et Studio Produkcyjne Orka pour un budget de 2,8 M€ incluant 465 000 euros de soutien du Polish Film Institute. Les ventes internationales sont assurées par Agent E One Entertainment.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.