email print share on facebook share on twitter share on google+

TORONTO 2017 Special Presentations

Critique : Les Gardiennes

par 

- TORONTO 2017 : Xavier Beauvois nous livre un drame en sourdine sur l’impact de la Première Guerre mondiale sur les femmes laissées derrière eux par les hommes partis au combat

Critique : Les Gardiennes
Iris Bry dans Les Gardiennes

Le premier film de Xavier Beauvois, N’oublie pas que tu vas mourir, remonte à 1995. Il lui avait valu le Prix du jury à Cannes. Quinze ans plus tard, sur la Croisette de nouveau, il a gagné le Grand Prix avec Des hommes et des dieux [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Xavier Beauvois
fiche film
]
. Son septième film, Les Gardiennes [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Xavier Beauvois
fiche film
]
, vient de faire son avant-première mondiale dans la section Special Presentation du 42e Festival de Toronto.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’intrigue, qui se situe dans la France rurale du début du siècle dernier, s’articule autour de la saga de la famille Paridier, qu’on suit à partir du début de l’année 1915, peu après le début de la Première Guerre mondiale, jusqu’à la fin du conflit. La matriarche, Hortense (Nathalie Baye), doit s’occuper de gérer entièrement la ferme familiale, puisque tous les hommes de la famille – ses fils Constant (Nicolas Giraud) et Georges (Cyril Descours) ainsi que son gendre Clovis (Olivier Rabourdin) – ont été envoyés au front et qu’elle est seule avec sa fille Solange (Laura Smet) qui, étant enceinte, ne peut s’occuper que de la cuisine. Comme elle a besoin de bras pour travailler dans les champs, Hortense engage Francine (Iris Bry), qui se dit “aussi bonne qu’un homme” pour la récolte et va en effet non seulement prouver son efficacité dans les champs, mais devenir un membre indispensable de la famille Paridier. Tout change quand elle rencontre Georges. Quand il retourne sur le front, leur attirance fait place à une relation épistolaire. La situation prend un tour dramatique quand les Américains arrivent au village.

Le film, adapté par Beauvois, Frédérique Moreau et Marie-Julie Maille à partir du roman Les gardiennes d’Ernest Pérochon (1924), est un film féministe sur la guerre, bien que la guerre ne soit jamais montrée explicitement, mais plutôt suggérée. Bien soutenu par sa troupe de comédiennes, le réalisateur use de couleurs vives pour illustrer la manière dont une société entièrement rurale a survécu à une des périodes les plus dévastatrices de l’Histoire, et dans le même temps mûri et changé structurellement. C’est le moment où les femmes ont commencé d’abandonner les rôles strictement définis qu’on leur assignait jusque là. Hortense, dont Baye donne une interprétation impressionnante, devient la chef de famille et prend toutes les décisions les plus importantes, notamment quand l’honneur de la famille est en jeu. Solange semble extrêmement progressive et émancipée pour l’époque. Enfin, Francine, dans le rôle de laquelle l’actrice débutante Bry subjugue le spectateur, montre la direction pour l’avenir, celle dans laquelle vont s’engager les femmes en évoluant à la faveur de l’absence des hommes. À l’inverse, les personnages masculins sont presque transparents, résolument secondaires. En tâchant de surmonter le traumatisme du combat, ils vont se mettre à se rappeler ce qu’ils étaient avant.

Beauvois a choisi une narration linéaire classique, ce qui n'est pas désuet mais au contraire d'une grande justesse par rapport à la grandeur du sujet. Sur plusieurs périodes, plusieurs saisons, dans un décor pittoresque filmé par la directrice de la photographie habituelle de Beauvois, Caroline Champetier, avec un grand soin du détail, le film construit petit à petit des émotions vraies. Ce récit de personnages est un drame subtil, d’une élégance toute classique, qui arrive à toucher intimement le spectateur. Les Gardiennes, tout en retenue, est discrètement enveloppé dans des airs composés par le légendaire Michel Legrand, ce qui élève encore son degré de raffinement, malgré la dureté de son sujet.

Les Gardiennes est une coproduction franco-suisse de Sylvie Pialat et Benoît Quainon (Les Films du Worso) avec Rita Productions et France 3 Cinéma, et avec le soutien du CNC et d’Eurimages. Le film a été coproduit par Pathé, qui en gère les ventes internationales.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.