email print share on facebook share on twitter share on google+

TRANSYLVANIE 2018

Critique : 303

par 

- Cette histoire d'amour pas si classique par Hans Weingartner, au programme au Festival de Transylvanie, a tout du chouchou du public

Critique : 303
Anton Spieker et Mala Emde dans 303

Après son avant-première mondiale à Berlin, dans la section Generation 14Plus, 303 [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 au programme de la section Supernova du Festival international de Transylvanie (25 mai–3 juin, Cluj-Napoca), une des plus populaires de l'événement. Il s’agit d’une histoire d’amour touchante doublée d'un road movie qui explore quelques unes des beautés de l'Europe et parvient à si bien captiver l’audience qu'on tient pour ses deux héros dans leur parcours vers l’amour et la découverte d'eux-mêmes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

On fait d'abord la connaissance de Jule (Mala Emde), qui évoque une Adèle Haenel toute jeune et moins intense), une étudiante en biologie à Berlin qui part au Portugal dans la vieille caravane familiale, une Mercedes 303. Assez vite au cours de son voyage, elle rencontre Jan (incarné par un Anton Spieker expressif et joueur), un garçon de 24 ans qui va en Espagne. La rencontre ne va pas sans problèmes, mais ils deviennent ensuite compagnons de voyage et petit à petit, le public se demande s’il ne pourrait pas y avoir autre chose.

303 n’est pas une histoire d'amour classique. Le film va plus loin qu'un récit insouciant, parce qu’il se trouve que les deux personnages ne sont pas exactement insouciants. Jule s’en va retrouver son petit ami Alex, qui travaille dans une commune au Portugal, pour lui dire qu’elle est enceinte. Jan va en Espagne pour retrouver son père biologique, qu'il n’a jamais rencontré. Leur voyage dégage d’abord une impression de totale liberté, mais c’est sans compter le fait qu'arrivé à destination, chacun de nos héros va retrouver quelque chose qu’il hait.

Le film repose en grande partie sur l’excellente alchimie entre les acteurs principaux, et l'inventivité dont ont fait preuve les scénaristes pour ce qui est de reculer un dénouement dont tout le monde sait qu'il va arriver (et l'espère de tout son coeur). Jule et Jan parlent des horreurs du capitalisme, des miracles de la coopération, de génétique et d'attraction, de sexe et de psychanalyse, de foi et d’évolution, etc. Le monde qu'ils partagent est fondé sur ces grandes discussions, qui les rendent plus ouverts l'un à l'autre (et aussi, dans le même temps, plus intéressants pour le public) et fait naturellement tomber les barrières qui auraient pu exister entre eux. Bien sûr, l’histoire est conçue pour aller dans une direction précise, la seule possible, mais le public n'en a que faire – et quelle meilleure preuve de cela qu’une salle comble du Festival de Transylvanie applaudissant à tout rompre quand enfin, après 2 heures de film (sur 145 minutes), Jan et Jule s’embrassent ?

303 est un choix sûr pour les exploitants désireux de faire plaisir au public, ainsi que pour les programmateurs de festivals qui voudront offrir au leur une histoire d’amour qui, tout en étant pertinente et plaisante, continue de vous habiter longtemps après.

303 a été produit par Kahuuna Films Gmbh avec NEUESUPER Gmbh. Les ventes internationales du film sont assurées par Global Screen.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.