email print share on facebook share on twitter share on google+

CHAMPS-ÉLYSÉES 2018

Critique : Cassandro The Exotico !

par 

- Marie Losier signe un documentaire remarquable et touchant sur une personnalité hors normes, un catcheur gay, mythe de la Lucha Libre mexicaine

Critique : Cassandro The Exotico !

"On m’appelle le Liberace de la Lucha libre, la reine des Exoticos. Mais j’ai traversé pas mal d’épreuves". C’est à un personnage aussi exceptionnel que pétri d’une humanité émouvante, une figure quasi mythique d’un univers sportif étonnant, mais aussi un fils tourmenté de la frontière reliant Juarez et El Paso, que la documentariste française Marie Losier a choisi de dédier son second long métrage : Cassandro The Exotico ! [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
. Et la cinéaste, révélée avec The Ballad of Genesis and Lady Jaye [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(passé par plus de 200 festivals après sa première au Forum de la Berlinale 2011) confirme tout son talent empathique et artistique en délivrant un film au cœur de l’intimité d’un homme sortant totalement de l’ordinaire et au crépuscule d’une carrière ayant donné un sens à sa vie. Une œuvre passionnante dévoilée au programme de l’ACID au 71e Festival de Cannes et projeté en compétition au 7e Champs-Élysées Film Festival

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le premier impact de la découverte de Cassandro, de son vrai nom Saul Armendariz, est littéralement sidérant puisque l’on se retrouve propulsé d’une séance de maquillage hyper travaillé, faux-cils, paupières peinturlurées, cheveux blonds peroxydés et permanentés, sèche-cheveux et laque à gogo, d’un look digne du meilleur de la Gay Pride à d’incroyables prouesses sur le ring où la vitesse, la tonicité et l’élasticité vont de de pair avec une réelle violence des chocs même si tout cela n’est qu’un show très bien huilé au milieu de catcheurs masqués. Bienvenu dans le monde de la Lucha libre, une véritable religion au Mexique où Cassandro, en plus de 25 ans de carrière, a fait passer les Exoticos, les catcheurs gays, d’un statut de clown à celui de sportifs respectés. Et c’est son parcours que Marie Losier (qui assure en personne l’image et le son du documentaire) retrace à travers de multiples interviews, dans des lieux très variés, et qui sont davantage des échanges entre deux individus partageant une même connexion qu’une simple captation professionnelle. Car Cassandro est un être humain complexe, qui a traversé une longue période d’addiction aux drogues et à l’alcool avant de s’en libérer, qui a subi des sévices dans son enfance, dont le corps porte les multiples stigmates d’une pratique sportive éprouvante (fractures, ligaments et nerfs en piteux état, sutures, opérations, mains en souffrance, etc.), et qui est soutenu à la fois par la religion catholique, la mystique indienne ("Grand Esprit de cette Terre qui m’a vu naître, je te donne ma vie. Je suis et je serai un guerrier pour l’éternité") et sa dévotion envers la Lucha Libre. Mais, son corps commence à sonner le glas de sa vie sur ce ring où il a été le premier Exotico sacré champion du monde, ce paradis de douleurs où il combat sans masque dans l'ivresse des collants multicolores, des plumes, des boas, de longues traines, de sauts périlleux et de l’engouement du public.

Ayant réussi à nouer une relation d’une très grande proximité avec son protagoniste, la cinéaste le laisse esquisser pas à pas un autoportrait d’une extrême sensibilité. De sa voiture à son premier gymnase, de son domicile aux entraînements et aux shows, des deux côtés de la frontière américano-mexicaine à une tournée européenne à Anvers, Paris et Londres, et à travers un mix de séquences simples et imaginatives nourries d’archives, de photos, d’une excellente utilisation de la musique et des univers sonores, de quelques échappées quasi oniriques dans le désert et d’un sens affuté du cadrage en 16 mm, Cassandro The Exotico ! se révèle un documentaire délicat et passionnant à ne pas manquer.

Produit par Tamara Films et par Tu Vas Voir, Cassandro The Exotico ! est vendu par UDI – Urban Distribution International.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.