email print share on facebook share on twitter share on google+

TORONTO 2018 Contemporary World Cinema

Critique : Un ange

par 

- TORONTO 2018 : Koen Mortier revient avec un conte romantique visuellement remarquable sur deux âmes brisées dont les sentiments luttent contre des peurs difficiles à surmonter

Critique : Un ange
Fatou N'Diaye dans Un ange

Le réalisateur-producteur flamand Koen Mortier s'est fait connaître en 2007 avec la comédie dramatique nihiliste et crue Ex Drummer [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
. Trois ans après, son deuxième long-métrage, 22nd of May [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, mêlait terrorisme et histoire de fantôme. Huit ans plus tard, Mortier revient avec son troisième long-métrage, Un ange [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Koen Mortier
fiche film
]
, qui a fait l'ouverture du Festival d'Ostende et vient d'être présenté en avant-première internationale dans la section Contemporary World Cinema du 43e Festival de Toronto.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)Digital Production Challenge - DPC II 1 Internal

Thierry (Vincent Rottiers), un champion de cyclisme belge de renommée mondiale, part à Dakar avec son frère pour des vacances débridées. Après une blessure qui a choqué le public et menacé sa survie, il prépare son retour en compétition, enfin. Il a encore des pensées suicidaires liées au traumatisme, et le déclin de sa carrière l'a mis sur la voie de l'addiction aux drogues. Fae (Fatou N'Diaye) est une charmante prostituée sénégalaise qui gagne sa vie en trouvant chaque soir des riches clients. Elle déteste sa vie, mais elle a du mal à trouver une meilleure alternative. Dès le soir de leur première rencontre, Thierry et Fae sentent l'un pour l'autre une attirance irrésistible. Il tombe fou amoureux dès qu'il la voit, et elle se sent en sécurité à ses côtés. Cependant, leur histoire d'amour ne va pas avoir le dénouement qu'on imaginerait.

Mortier, également auteur du scénario du film, dépeint ici les 24 dernières heures de la vie d'un sportif en chute libre. Un ange s'inspire en fait du roman Monologue of Someone Who Got Used to Talking to Herself de Dimitri Verhulst, sur les derniers jours de la star du cyclisme Frank Vandenbroucke, retrouvé mort à 34 ans dans une chambre d'hôtel au Sénégal au milieu des années 1990 – bien que le réalisateur insiste sur le fait que son film n'est pas une tentative de biographie, mais un récit fictionnel à partir de faits réels.

Usant des parcours personnels de ses héros comme prémisse, Un ange est une histoire d'amour profonde entre deux âmes brisées et troublées. Derrière son personnage de jeune homme auto-destructeur, Thierry essaie de cacher ses addictions, qui résultent de ce qu'il a imposé à son corps pour satisfaire ses fans. De son côté, Fae cache sous un calme de façade, assez déprimant, la haine qu'elle se voue à elle-même et les humiliations qu'elle subit dans sa chair tous les soirs, pour satisfaire ses clients. Leurs univers, parallèles sans l'être, se rejoignent à l'endroit le plus inattendu qui soit : elle est une gazelle africaine qui veut s'enfuir, il est un athlète déchu qui lutte contre ses démons intérieurs. Ils sont tous les deux aussi désespérés l'un que l'autre, et ils ont tous les deux besoin de s'accrocher à quelque chose qui leur donne envie de rester en vie.

L'élément véritablement dramatique dans cette histoire d'amour glauque et condamnée tient aux désillusions de chacun. Comme ils refusent d'accepter qu'il n'y a plus d'espoir pour eux, ils sont obligés de choisir ensemble de se laisser consumer par leurs désirs communs, et passent cette nuit tout autrement qu'ils n'auraient pu le faire par le passé. L'ironie tragique de la situation réside dans leur conviction que plus rien ne peut les détruire, puisqu'ils sont déjà à terre. Leur aventure d'une nuit pourrait être de ces brèves rencontres où l'amour fait irruption qui les rend soudain invincibles. Ils sont prêts à abandonner la réalité et créer un espace où leurs rêves peuvent co-exister avec leurs angoisses. Cet espace pittoresque et réaliste est rendu en 35mm, dans une palette de couleurs saturées, par le chef-opéateur Nicolas Karakatsanis, tandis que les compositions instrumentales de Soulsavers l'isolent des interruptions par le monde extérieur. Dans cet endroit, Ange et Gazelle ne s'appartiennent que l'un à l'autre.

Un ange est un titre belge et hollandais. Le film a été produit par Koen Mortier et Eurydice Gysel (CZAR Film) avec Eve Commenge (Anonymes Films) et Marc van Warmerdam (Graniet Film), Proximus, Telenet et Canvas. Ses ventes internationales sont gérées par la société californienne Oration Films. En Belgique, Un ange sortira le 19 septembre, distribué par Paradiso.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.