La enfermedad del domingo (2018)
Lemonade (2018)
Nico, 1988 (2017)
Arrhythmia (2017)
Sonate pour Roos (2016)
Jusqu'à la garde (2017)
9 Doigts (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

email print share on facebook share on twitter share on google+

José Luis Rebordinos • Directeur du Festival de San Sebastian

"C'est une bonne année pour le cinéma espagnol ; l'année prochaine, ce sera plus compliqué"

par 

- L'événement cinématographique le plus important d'Espagne réalise pour sa 60ème édition quelques changements dans ses sections. Son objectif : poursuivre le bon travail accompli en 2011.

José Luis Rebordinos • Directeur du Festival de San Sebastian

José Luis Rebordinos, dans sa deuxième année à la tête du Festival de San Sebastian, prépare une édition complexe où vont converger la crise économique dont souffre le cinéma espagnol, le 60ème anniversaire de l'événement, les oeillades en direction de l'industrie via le Forum de la coproduction Europe-Amérique latine et un remaniement des sections du festival.

Cineuropa : Avec le Forum de la coproduction Europe-Amérique latine, le festival renforce son angle industriel et sa connection avec le cinéma latino-américain. Était la voie indispensable à prendre pour construire l'avenir de l'événement ?
José Luis Rebordinos : Renforcer la partie industrie du festival est une nécessité. San Sebastian comme les autres festivals de cette envergure ne peuvent se réduire à une simple présentation de films, sans quoi l'événement devient de plus en plus local. C'est pour cela que nous avons créé le Forum de la coproduction entre l'Europe et l'Amérique latin. Nous sommes la porte vers le cinéma latino-américain la plus étaablie, pour des raisons logiques d'affinités culturelles, que nous avons élargies grâce à "Cine en Construcción", une des initiatives les plus réussies de ces dernières années. Le Forum de la coproduction va compléter cette entreprise en aidant les projets sud-américains et européens qui cherchent des cofinancements de part et d'autre. Une fois terminés, ces films pourront prendre part aux différentes sections du festival ou à Horizontes Latinos. Ceux qui n'auront pas trouvé de cofinancements iront à Cine en Construcción.

Une autre nouveauté de cette édition est aussi l'indépendance de la section Nouveaux réalisateurs, qui devient autonome.
Le but est de la revaloriser. C'est la section qui propose le prix le plus important du monde, 90 000 €. C'est par la section Nouveaux réalisateurs que sont passés des réalisateurs très importants avec leurs premiers films (Assayas, Walter Salles, Almodóvar...). Au sein du volet Zabaltegi, l'importance de la section se trouve diluée. Nous voulons en faire la deuxième section du festival après la compétition officielle.

Votre première édition en tant que directeur du Festival de San Sebastian a été saluée par la presse internationale. Quelles sont les mots d'ordre de votre deuxième année à la tête de l'événement ?
Je ne crois pas qu'il y ait eu de rupture par rapport aux orientations précédentes du festival, ce ne sera pas le cas non plus cette fois. Nous essayons simplement de réagencer certains éléments d'une manière qui me plait mieux. Nous voulons faire de la section Zabaltegi une véritable zone ouverte à la manière des volets Un Certain Regard à Cannes, Horizons à Venise et Panorama à Berlin, un espace libre où l'on peut voir des productions de tous formats, des séries télévisées, des films d'animation, des documentaires, pour ouvrir le pas à des possibilités suivant la direction générale que prend l'audiovisuel, le tout en connection avec d'autres expressions artistiques.

En termes de cinéma espagnol, alors qu'il traverse un moment de crise particulièrement difficile, quelle est l'approche du festival ?
Cette année est encore un bon millésime pour le cinéma espagnol. L'année prochaine, ce sera plus compliqué parce que nous sommes en train de voir ce qui a été tourné l'année dernière. Nous avons plusieurs titres confirmés pour la compétition officielle, mais nos choix ne sont pas encore complètement arrêtés. San Sebastián est le festival le plus important d'Espagne, et à ses visiteurs quels qu'ils soient il doit permettre de prendre le pouls du cinéma espagnol.

Pouvez-vous révéler quelques titres et réalisateurs de la compétition officielle ?
Cette année, le cinéma nord-américain est bien présent, avec deux titres par d'excellents réalisateurs déjà confirmés, et comme toujours nous avons des films européens dans toutes les sections. Nous espérons attirer l'attention sur la section Nouveaux réalisateurs, parce qu'il y a 5 ou 6 films très intéressants par des réalisateurs qu'on verra ces prochaines années dans les grands festivals.

Newsletter

VisionsDuReel_Home
Let's CEE
Finale Plzen

Follow us on

facebook twitter rss