La Passion Van Gogh (2016)
La Belle et la meute (2017)
The Square (2017)
Laissez bronzer les cadavres (2017)
Handia (2017)
Spoor (2017)
Corps et âme (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

“Ce film est avant tout une histoire d’amour entre deux personnes”

email print share on facebook share on twitter share on google+

Ivana Mladenovic • Réalisatrice

par 

- SAN SEBASTIAN 2017 : La réalisatrice roumaine Ivana Mladenovic nous parle de son histoire d’amour gay, Les Soldats, pionnière du cinéma roumain

Ivana Mladenovic  • Réalisatrice

Inspiré du roman éponyme d’Adrian Schiop et interprété par Schiop dans une version fictive de lui-même, Les Soldats [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ivana Mladenovic
fiche film
]
d’Ivana Mladenovic est le premier film roumain qui aborde, courageusement et explicitement, un thème LGBT. La réalisatrice nous parle de son premier film de fiction, en compétition au Festival de San Sebastian.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Comment Soldiers a-t-il vu le jour ?
Ivana Mladenovic : Avant cela, j’ai réalisé un documentaire, Turn Off the Lights [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, sur trois jeunes tout juste libérés de prison. J’ai passé trois ans avec eux et ce qui m’a particulièrement frappé, c’est de constater que la pauvreté incite au crime et à la violence, qu’elle engendre un cercle vicieux dont il est très difficile de s’extirper. Mon film est tout d’abord une histoire d’amour entre deux hommes et, une fois que l’amour disparait, sur la culpabilité. Dans le film comme dans le livre, le personnage d’Alberto a passé 14 années de sa vie en prison, et le film parle de la condition d’ancien détenu dans la société. Comment trouver un travail avec un tel passé ? Comment comprendre la société après 14 ans d’isolation ? Et, bien sûr, comment Adi, son amoureux, peut-il l’aider ?

Adrian Schiop a vécu ces situations, les a transcrites dans son livre, a co-écrit le scénario et  a joué dans le film. Quand avez-vous décidé qu’il interpréterait le personnage ?
J’ai d’abord pensé qu’il serait difficile de trouver quelqu’un pour jouer Alberto. C’est seulement après avoir trouvé Vasile Pavel Digudai que j’ai commencé à chercher un acteur pour le rôle d’Adi. Leur relation est l’élément central du film, et j’ai donc cherché quelqu’un qui pourrait être le partenaire d’Alberto. Après un an et demi consacré à organiser des auditions en présence de Digudai, qui venait à chaque fois de Bucarest, je n’avais toujours trouvé personne pour mon Adi. Avec du recul, je suis persuadée qu’il était en fait impossible de trouver quelqu’un parce que le “vrai” Adi était assis à côté de moi. Le convaincre de jouer ce rôle m’a pris énormément de temps. On a fini par louer un petit appartement dans Ferentari pour répéter, deux mois avant le tournage.

Pensez-vous qu’Alberto et Ali viennent de deux mondes différents ?
Adi et Alberto sont tous les deux à la marge de leur monde respectif. Après sa libération de prison, Alberto ne fait rien d’autre que donner un coup de main dans la maison d’un riche parent. Adi est aussi à la marge, à cause de son orientation sexuelle. C’est leur expérience partagée de la marginalité qui leur permet de communiquer. Il est vrai qu’ils sont dans des situations financières très différentes, Adi bien plus aisé. Lorsqu’on a écrit le scénario, on a essayé de montrer que l’argent joue un rôle important dans toute interaction humaine, et que le sujet ne doit pas être évité lorsqu’on parle d’une histoire d’amour. Le thème de l’argent a aussi une place centrale dans la musique qu’Adi étudie, le manele ; la combinaison entre argent et amour y est souvent considérée comme un but en soi. Tant qu’il y a de l’argent, la relation entre Adi et Alberto fonctionne parfaitement : une sorte d’affection qu’on peut appelé amour. 

Aimeriez-vous que Soldiers provoque un débat sur la situation de ces deux minorités en Roumanie ?
Le film est tout d’abord une histoire d’amour entre deux personnes, et c’est quelque chose qui peut toucher tout le monde, indépendamment de l’origine sociale. Soldiers n’est pas une étude ethnographique d’un quartier rom ou une enquête sur le ghetto. Mais leur histoire parle aussi de pauvreté, de l’expérience d’être homosexuel dans une communauté rom, et de la condition d’ancien détenu dans la société. Ce n’est pas mon rôle de tirer des conclusions ou de dire ce que le spectateur doit penser du film.

Travaillez-vous sur votre prochain film ?
J’écris un scénario sur une femme d’une quarantaine d’années qui est incapable de mettre un terme à une longue relation, pourtant dépourvue de toute forme d’amour. Le film sera tourné à la frontière entre la Roumanie et la Serbie, et, j’espère, par la même équipe qui a tourné Soldiers.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Newsletter

EPI Distribution
Focal Production Value

Follow us on

facebook twitter rss