La Passion Van Gogh (2016)
La Douleur (2017)
Handia, le géant d'Altzo (2017)
Verónica (2017)
Panic Attack (2017)
L'Insulte (2017)
Jeune femme (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

“Mon ambition est de faire des films importants qui produisent un impact”

email print share on facebook share on twitter share on google+

Thomas Kufus • Producteur

par 

- German Films a interviewé Thomas Kufus, producteur au sein de la société berlinoise zero one film, pour l’interroger sur leur travail jusqu’à present et leurs projets futurs

Thomas Kufus • Producteur

Ces 27 dernières années, Thomas Kufus, de la société berlinoise zero one film, a produit plus de 120 documentaires, films et séries allant de Fritz Bauer, un héros allemand de Lola Kraume, De l’autre côté du mur de Christian Schwochow et Beuys d’Andres Veiel aux films encensés d’Aleksandr Sokurov MolochPère et Fils et Francophonia, le Louvre sous l’Occupation.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)IDW Supsi Internal

Avec son associé Volker Heise, qui a rejoint la compagnie en 2008 pour apporter des conseils créatifs, ils ont également exploré le docu-fiction télévisé, avec des séries comme Black Forest House 1902, Adventure 1900 – Life in a Manor et Our 19-Fifties.

Par ailleurs, Kufus a tendu la main aux diffuseurs publics, à qui Volker Heise et lui-même ont proposé le format 24H Berlin, qui ont vu les chaînes de télé interrompre leurs grilles de programme toute une journée pour un documentaire de 24 heures. Ce projet documentaire multimédia, qui chronique un jour dans la vie d’une grande métropole européenne, a été tourné toute une journée et une nuit à travers Berlin, le 5 septembre 2008 et il a été diffusé un an plus tard jour pour jour, en diffusion continue sur 24 heures. Le succès du format a encouragé Kufus et Heise à réitérer avec 24H Jerusalem, diffusé le 12 avril 2014, puis 24H Bavaria, présenté en 2016.

“On travaille maintenant sur un quatrième volet intitulé 24H Europe – Next Generation, qui mettra en avant les jeunes issus de la Génération Y et suivra 24 jeunes Européens entre 15 et 30 ans pour explorer leur vision de l’Europe de l’avenir.”

Alors que zero one s’est déjà fait un nom dans le secteur de l’art et essai international, le succès du format 24H comme événement télévisé unique a contribué à braquer encore plus les projecteurs la société.

“Mon ambition est toujours de faire des films importants qui trouvent leur public et produisent un impact”, déclare Kufus. “Beuys est un bon exemple : on a passé beaucoup de temps à travailler sur le film pour qu’il soit comme on voulait, et le résultat a bien fonctionné dans les salles.”

“J’ai commencé ma carrière dans l’industrie du cinéma en tant que réalisateur, et cela m’a conduit à être activement impliqué pour structurer le contenu des films comme producteur, explique-t-il. En réalité, mon activité préférée est d’être en salle de montage avec les scénaristes et les réalisateurs pour déterminer si tout va dans la bonne direction, ou s’il faut effectuer des changements.”

L’expérience du documentaire de Kufus lui a servi dans sa carrière en production de fictions. Les films dont il s’occupe ont presque toujours un fond politique, comme Qui, à part nous ? d’Andres Veiel, or le drame de Lars Kraume précité. Des sujets politiques d’actualité sont aussi au centre du dernier projet d’Emily AtefDo Not Worry!, et de Wrong Elements de Jonathan Littell.

Le tournage du film expérimental The Rude, de Connie Walther, une coproduction polonaise avec Hands on Production, a commencé cet automne. Le film évoque la violence et les solutions pour la contrer à travers un conflit entre des chiens recueillis dans un abri et de jeunes délinquants.

En plus de gérer sa société de production et de superviser ses différents projets à tous les stades de leur développement et de leur production, Kufus a également montré un véritable intérêt pour la régulation du cinéma, sur le plan national et international, à travers la promotion des films documentaires et de l’importance des règles de coproduction. En effet, il a été président de l’Académie allemande du cinéma de novembre 2009 à début 2015, et ne regrette pas le moins du monde d’avoir occupé cette fonction supplémentaire. “Devenir un fonctionnaire n’a jamais été dans mes projets, admet-t-il, mais ça a été une expérience importante et enrichissante. Je tiens l’Académie en très haute estime car elle représente beaucoup d’intérêts différents, ce qui peut la rendre imprévisible, mais en fait aussi une institution unique dans le paysage cinématographique allemand.”

Tout en bâtissant des relations durables avec certains cinéastes, zero one garde un œil sur les nouveaux talents, ce qui a donné lieu au documentaire The Prince and the Dybbuk, du duo polonais de réalisateurs Elwira Niewiera et Piotr Rosołowski, 24 semaines, d’Anne Zohra Berrached, ou encore Zud, de la documentariste polonaise Marta Minorowicz.

En collaboration avec

 

(Traduit de l'anglais par Florian Etcheverry)

Newsletter

IDW Supsi
Structural Constellations
CNC_ACM_Distribution_2017

Follow us on

facebook twitter rss