La Belle et la meute (2017)
Corps et âme (2017)
Handia (2017)
Valley of Shadows (2017)
Laissez bronzer les cadavres (2017)
I Am Not a Witch (2017)
The Square (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

BERLIN 2017 Panorama Special

email print share on facebook share on twitter share on google+

Requiem pour Madame J. : une tragicomédie sur des générations accablées par la société

par 

- BERLIN 2017 : Le second long-métrage de Bojan Vuletić parle ingénieusement des conséquences d’une situation sociale

Requiem pour Madame J. : une tragicomédie sur des générations accablées par la société
Mirjana Karanović dans >Requiem pour Madame J.

Requiem pour Madame J. [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Bojan Vuletić
fiche film
]
le second long-métrage du réalisateur serbe Bojan Vuletić, mélange les meilleures traditions de la comédie noire serbe à des troupes généralement associées à la Nouvelle Vague roumaine. Cependant, le film n’est pas qu’un amalgame constitué de deux styles particuliers. Les conséquences de l’histoire récente de la Serbie ne découlent pas simplement des guerres des années 1990, mais bien des vestiges socialistes de la Yougoslavie et de la transition pénible dans laquelle se trouve encore la société. Le film a été présenté à la section Panorama Special de la Berlinale.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Madame J. (Mirjana Karanović) est une femme d’âge mûr qui a perdu son époux (un militaire haut-gradé), il y a un an. Elle souffre d’une dépression profonde et vit dans un immeuble d’appartements de la nouvelle Belgrade avec ses deux filles — Koviljka (Danica Nedeljković), qui est à l’école primaire et Ana (Jovana Gavrilović), âgée d’une vingtaine d’années – la mère de son mari (Mira Banjac) et le petit copain d’Ana, Milan (Vučić Perovic).

L’appartement est chaotique : personne n’y fait le ménage. Madame J. se contente de rester assise et regarde à peine la télévision. Sa dépression est évidente, et dans la scène d’ouverture, nous la voyons nettoyer l’arme de son mari. Elle prévoit de se suicider dans quatre jours, pour l’anniversaire de la mort de ce dernier. Mais elle veut d’abord mettre tous ses papiers en ordre – ce qui, en Serbie, rend le suicide très compliqué.

Elle se rend premièrement chez le tailleur de pierre Djordje (Boris Isaković) pour ajouter son nom et sa photo à la pierre tombale de son mari. Ses deux rendez-vous avec lui et leur visite du cimetière font partie des scènes les plus drôles et les plus prenantes des comédies noires yougoslaves, et Isaković attire tous les regards.

Les choses se compliquent pour Madame J. lorsqu’elle tente d’obtenir un certificat attestant ses 20 ans de travail afin de mettre à jour sa carte d'assurance-maladie. Les scènes tournées au département de la sécurité sociale et à son ancienne entreprise en faillite rappelleront quelque chose de la Nouvelle Vague roumaine au spectateurs familiers du cinéma art et essai . La Serbie possède pourtant un passé similaire, mais les réalisateurs et le public ont tendance à l’ignorer pour se concentrer sur les guerres et leurs conséquences. Bien entendu, la situation actuelle est un mélange des deux, et Bojan Vuletić parvient à juxtaposer le réalisme de la transition et les souvenirs cauchemardesques de Mrs J, qui la rendent somnambule, dans quelques scènes presque psychédéliques. Tout ceci sans musique, ce qui est une prouesse en soi.

De nombreux autres détails évocateurs se retrouvent chez les personnages secondaires, présents dans certaines scènes pour compléter le tableau, montrant comment la société serbe contemporaine mine des générations de gens de classe moyenne ordinaires, décents et respectueux de la loi, représentés par Madame J.. Les jeunes Gavrilović, Perović et Nedeljković nous donnent une idée claire de la manière dont la vie en Serbie accable les prochaines générations.

Les interprétations de Mirjana Karanović et Boris Isaković dépassent leurs standarts habituels pourtant déjà élévés. Jelena Stanković (directrice de la photographie), Zorana Petrović (décors), Boris Trayanov (son)et Vladimir Pavlovski (montage) forment une excellente équipe qui recrée les aspects réalistes et oniriques du film de manière puissante.

Requiem for Madame J. est une coproduction de SEE Film Pro (Serbie), Geopoly Film (Bulgarie), Skopje Film Studio (Macédoine), Non-Stop Production (Russie) et Surprise Alley (France). Les ventes internationales sont assurées par Soul Food (Belgrade).

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Astra
EPI Distribution
LIM
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss