La Belle et la meute (2017)
Corps et âme (2017)
Handia (2017)
Valley of Shadows (2017)
Laissez bronzer les cadavres (2017)
I Am Not a Witch (2017)
The Square (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

LOCARNO 2017 Compétition

email print share on facebook share on twitter share on google+

Winter Brothers : une "histoire sur le manque d'amour" et sur l'acceptation de l'étrange

par 

- LOCARNO 2017 : Le réalisateur islandais Hlynur Pálmason nous offre un premier long-métrage solide dont la narration et les effets visuels sont remarquables

Winter Brothers : une "histoire sur le manque d'amour" et sur l'acceptation de l'étrange

Depuis deux ans, le cinéma islandais connaît une période de grande productivité et ne cesse de gagner en reconnaissance. Après des films plusieurs fois récompensés tels que Béliers [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Grimur Hakonarson
fiche film
]
L’Histoire du géant timide [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
Sparrows [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Rúnar Rúnarsson
fiche film
]
et Heartstone [+lire aussi :
critique
bande-annonce
film focus
interview : Guðmundur Arnar Guðmundsson
fiche film
]
, les amateurs de festivals et les professionnels attendent avec impatience le prochain grand film du pays nordique. Le réalisateur et artiste visuel islandais Hlynur Pálmason (Copenhague), qui a déjà réalisé trois courts-métrages, est clairement en lice pour le titre du meilleur film avec son premier long-métrage, Winter Brothers [+lire aussi :
bande-annonce
film focus
interview : Hlynur Pálmason
fiche film
]
. Cette histoire non conformiste d’un conflit fraternel vient d’être présentée à la Compétition Internationale du 70e Festival du Film de Locarno.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Emil (Elliott Crosset Hove) travaille avec son grand frère, Johan (Simon Sears) dans une carrière de calcaire située dans une petite ville de l’est du Danemark. Les collègues d’Emil considèrent ce dernier comme un paria, un homme quelque peu étrange et excentrique ; c’est pourquoi il a tendance à s’isoler complètement. Ce comportement ne passe pas inaperçu aux yeux de sa voisine, Anna (Victoria Carmen Sonne), sur qui il craque secrètement. Il est mieux connu dans le village pour l’alcool frelaté qu’il fabrique à partir de produits chimiques volés à l’usine. Un jour, un ouvrier tombe malade et tout le monde se met à suspecter Emil – notamment son patron (Lars Mikkelsen). Emil perdra progressivement la confiance de son entourage, et son frère finira par s’éloigner lentement de lui.

Winter Brothers est un premier long-métrage solide dans lequel Pálmason est parvenu à créer une ‘’histoire sur le manque d’amour’’. Emil est interprété de manière exceptionnelle par Crosset Hove – le fils de l’acteur très applaudi Anders Hove – qui incarne un homme simple qui fait profil bas et qui aspire à garder son emploi, avoir une petite-amie et fonder une famille. Comme tout le monde le trouve étrange, même ces désirs tout à fait normaux semblent bizarres. Grâce à l’alcool frelaté, Emil tente de se faire accepter par une société hostile qui le rejette constamment. Même avant l’évènement qui a éveillé les soupçons de tous, il était régulièrement mis à l’écart de sa communauté, car il ne parvenait pas à répondre à la question suivante : ‘’pourquoi ne peux-tu pas être comme tout le monde ? ’’ Personne ne le comprend, et pour ne rien arranger, son propre frère ne saisit pas qu’Emil pourrait lui aussi avoir un côté sombre. Il devra souffrir et endurer une humiliation émotionnelle, même s’il ne comprend pas pourquoi cela lui arrive.

L’aspect technique très détaillé est ce qui permet à Winter Brothers de se distinguer. En effet, Pálmason crée un film organique très vif grâce au travail de Maria Von Hausswolff qui capture avec puissance le décor pittoresque et enneigé dans un cadre arrondi, en format 35mm. De plus, le son imposant de Lars Halvorsen, composé de bruits industriels et naturels, s’entremêle à l’image.

Le film aurait pu être une adaptation moderne d’une tragédie fraternelle quelconque ou une nouvelle tentative néo-réaliste visant à représenter la solitude dans une communauté sans douceur ni amour, mais Pálmason a décidé d’équilibrer subtilement ces éléments et de proposer un film à la fois naïf et sophistiqué. Son travail artistique est fort, délicat et avant-gardiste, des éléments dont tout réalisateur débutant a besoin. En fin de compte, Winter Brothers est un film simple sur nos désirs instinctifs, car, pour citer Emil : ‘’tout le monde veut être aimé et baisé.’’

Winter Brothers est une coproduction entre le Danemark et l’Islande de Julie Waltersdorph HansenPer Damgaard Hansen (Masterplan Pictures), Hlynur Pálmason et Anton Máni Svansson (Join Motion Pictures), avec l’aide du New Danish Screen – Danish Film Institute, l’Icelandic Film Centre et le Nordisk Film & TV Fond. Les ventes mondiales sont assurées par la compagnie polonaise New Europe Film Sales.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

Warsaw
EPI Distribution
LIM
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss