Nico, 1988 (2017)
Muchos hijos, un mono y un castillo (2017)
L'Usine de rien (2017)
Out (2017)
Soleil battant (2017)
Le Redoutable (2017)
Thelma (2017)
précédent
suivant
Choisissez votre langue en | es | fr | it

FILMS Portugal

email print share on facebook share on twitter share on google+

Al Berto : la liberté à portée de main

par 

- Vicente Alves do Ó consacre son nouveau film à la jeunesse du poète Al Berto dans le Portugal d’après la révolution

Al Berto : la liberté à portée de main

Le Portugais Vicente Alves do Ó a un faible pour les poètes. Il a déjà réalisé un film biographique sur l’auteure Florbela Espanca (Florbela [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
). Il est maintenant de retour avec un film dédié à Al Berto, un nom culte de la littérature portugaise mort il y a 20 ans, au sommet de sa gloire. Le tournage d’Al Berto [+lire aussi :
interview : Vicente Alves do Ó
fiche film
]
constituait un double défi pour Alves do Ó, car le film dépeint dans le même temps la jeunesse du poète et l’histoire personnelle du demi-frère du réalisateur.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film nous renvoie en 1975, lorsqu’un vent de nouveauté soufflait sur le Portugal au lendemain de la révolution. Al Berto revient dans son petit village, Sines, après plusieurs années passées à Bruxelles à y apprendre la peinture. Il est désormais un poète en devenir, et envoûtera bientôt les jeunes de Sines de son talent, tout comme il s’attirera les foudres des habitants les plus conservateurs du village. Le jeune Al Berto s’installe illégalement dans le manoir d’où sa famille a été expulsée pendant la révolution, et commence à traîner avec les jeunes du village qui partagent son goût pour les arts et rêvent, comme lui, d’une vie meilleure. Parmi ces jeunes se trouve João Maria qui est, dans la vraie vie, le demi-frère aîné du réalisateur, et qui deviendra vite l’amant d’Al Berto. Le jeune couple apportera à Sines une scène branchée dont le village avait bien besoin, sa propre movida, à travers l’ouverture d’une librairie au centre-ville, et de soirées démesurées dans le vieux manoir.

Al Berto était prêt pour Sines, mais Sines n’était pas prêt pour Al Berto. Alves do Ó s’efforce à reconstituer le choc des mentalités au sein du village, pour saisir l’énergie d’une période profondément en crise. La relation libre entre les deux hommes et leur entourage, qui est à l’antithèse de l’étroitesse d’esprit des habitants du village, sera source de nombreux différends et causera à terme la scission du groupe. La liberté était à portée de main, mais personne n’a appris à être libre et ne sait comment l’appréhender.

Al Berto est présenté comme un jeune homme très confiant, craintif et jovial dans le même temps. On s’habitue vite à son positivisme, et le film semble suggérer que la période de sa vie passée à Sines a joué un rôle fondamental dans sa métamorphose en créature nocturne qui a suivi. Le film fonctionne donc comme un film sur le passage à l’âge adulte, dans lequel le novice Ricardo Teixeira imprègne Al Berto d’une liberté sexuelle affirmée. Teixeira aborde le personnage réel de manière sensorielle, au lieu d’appuyer le côté introverti du poète. La face cachée d’Al Berto se découvre tout de même dans ses accès de rage, et lorsqu’il se retrouve avec une prostituée locale (Rute Miranda).

João Maria apparait, lui, moins mystérieux et plus tangible à l’écran, grâce à une performance viscérale de José Pimentão, qui peut s’expliquer par le fait que le scénario est tiré de ses propres journaux et textes, dont le réalisateur a hérité après sa mort. Une chose est sûre : Alves do Ó aime ses acteurs et veut créer les conditions parfaites pour qu’ils se développent librement. Teixera et Pimentão, qui viennent tout deux du monde du théâtre, n’ont pas raté l’occasion de convaincre dans leur premier rôle respectif à l’écran.

Alors que l’année a été particulièrement décevante pour les productions portugaises (aucun film n’a fait plus de 46,000 entrées), Al Berto sera distribué dans les cinémas portugais par l’exploitant NOS-Lusomundo, qui espère séduire un public particulièrement difficile à impressionner.

Alves do Ó pense déjà au futur, et veut continuer à tourner des films biographiques sur les personnalités portugaises les plus célèbres. Son prochain projet, en phase de développement, se concentre sur le peintre Amadeo de Souza Cardoso. Le tournage et la sortie du film sont prévus en 2018, à l’occasion du centenaire de la mort du peintre.

(Traduit de l'anglais)

Lire aussi

ArteKino
Unwanted_Square_Cineuropa_01
 

dernières news

 

autres infos

Newsletter

Follow us on

facebook twitter rss