email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

NIBLOCK'S SOUND SPECTRUMS - WITHIN INVISIBLE RIVERS

de Thomas Maury

synopsis

La première vertu du film est d’accorder à la musique de Phill Niblock le temps requis par son écoute. Âgé aujourd’hui de 85 ans, Niblock est l’un des plus infatigables ambassadeurs de la musique mini­maliste américaine, tendance stase psychoactive (La Monte Young, Charlemagne Palestine), plutôt qu’hypnose arithmétique (Steve Reich, Philip Glass). Ses longues étendues de son, toujours semblables mais toujours changeantes, sculptent le temps comme Warhol, Akerman ou Benning l’ont fait avec le secours supplémentaire de l’image. Niblock est d’ailleurs lui-même cinéaste, ayant observé dès 1973, aux quatre coins du monde et sous le patronage des Lumière, la mécanique des gestes du travail - The Movement of People Working. Ses images comme ses interminables accords creusent dans l’œil et dans l’oreille une profondeur qui explique, peut-être, sa singulière quiétude entre les quelques mots qu’il offre ici à Thomas Maury. D’autres (Eliane Radigue, Jim O’Rourke, Alan Licht), plus loquaces, ont beaucoup à dire à son sujet. Mais Niblock’s Sound Spectrums, quand il n’offre pas le lit de ses propres images aux rivières sonores de Niblock, est aussi, lui-même, un film sur le travail. La concentration monacale du sculpteur de son, dans l’atelier où il cisèle une note unique en compa­gnie de son héritier Stephen O’Malley, dit mieux que tous les mots la beauté de ce modeste et précieux artisanat de la transe. 

titre international : Niblock's Sound Spectrums - Within Invisible Rivers
titre original : Niblock's Sound Spectrums - Within Invisible Rivers
pays : France
année : 2019
genre : documentaire
réalisation : Thomas Maury
durée : 110'
scénario : Thomas Maury
directeur de la photo : Thomas Maury
montage : Thomas Maury
producteur : Thomas Maury
(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)