email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Jérôme Paillard

Directeur du marché du Film de Cannes

par 

Jérôme Paillard

A la veille de l’ouverture du Marché du Film (13-22, 2009), le Directeur Délégué Jérôme Paillard expose à Cineuropa les tendances de cette édition 2009 qui selon les premiers chiffres, devrait accueillir un nombre à peu près égal de participants comparé à 2008.
Combien de participants attendez-vous cette année?
Jérôme Paillard: Nous n’avons pas encore de chiffres définitifs mais à ce jour (07 mai), nous avons environ 9000 participants enregistrés, et nous devrions atteindre le niveau habituel de près de 10000 participants en fin de marché.
En ce qui concerne la répartition géographique, on peut noter une fort augmentation du nombre d’exposants en provenance du Japon, augmentation que l’on retrouve au niveau des films (30% de plus qu’en 2008). Les Chinois sont aussi en nette progression (50% de participants en plus). Au niveau des grands territoires, il n’y pas vraiment d’évolution. Les USA continuent à être les mieux représentés (20% des participants), devant la France et la Grande-Bretagne (11-12%). Certaines sociétés américaines semblent néanmoins avoir réduit leur nombre de représentants.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Qu’en est-il des pays d’Europe centrale, encore plus fortement touchés par la crise?
La Hongrie est en baisse, la Croatie est au même niveau que l’an dernier, mais la Bulgarie est en hausse, de même que la Pologne. Nous avons d’ailleurs autant de participants polonais aujourd’hui qu’en fin de marché 2008 (122 personnes). Quoi qu’il en soit, la crise est bien installée, et on ne peut ignorer le fait que l’accès aux crédits est plus difficile pour les producteurs, tandis que les distributeurs sont de plus en plus sélectifs et négocient les achats à la baisse. Par contre, l’exploitation se porte plutôt bien, de même que la vidéo.

Avez-vous constaté des tendances au niveau des films présentés au marché?
Sur la base des quelques 3000 titres enregistrés, on peut noter une forte hausse des films allemands et japonais, et au delà de cette constatation, une augmentation générale des films en langue non anglaise. La deuxième tendance est au niveau du budget moyen des films qui a baissé d’environ 20%, de 6.4 millions de dollars en 2008 à 5.2 millions de dollars en 2009, selon les informations fournies par les producteurs à Cinando.

Quelles seront les nouveautés du Marché 2009?
Il n’y a pas de grande nouveauté, mais nous poursuivons nos efforts pour faciliter le travail de nos participants au Marché. Par exemple nous leur fournissons cette année six heures de connexion WIFI gratuite ainsi qu’un service de navette de bus nocturne jusqu’à 1h30 du matin.
Par rapport au Producers’ Network, nous allons développer les ‘speed-dating’ et les rencontres avec les professionnels d’Amérique latine autour de projets nord-américains. Nous allons aussi établir des passerelles pour les jeunes réalisateurs du Short Film Corner en organisant des speed-dating avec les participants au Producers Network, et des tables rondes sur des sujets tels que les nouveaux modes de diffusion.

Vous proposez un Focus sur le documentaire, un genre qui prend de l’ampleur dans tous les marchés du Film…
Nous avons commencé l’an dernier à proposer un Documentary Brunch pour réunir producteurs, distributeurs et vendeurs de documentaires. Cette année, cela aura lieu le 17 mai. Le documentaire est un secteur important qui représente 8% des films au marché.

Allez-vous prendre des mesures particulières par rapport à la nouvelle grippe A(H1N1) dite ‘porcine’ et aux participants en provenance du Mexique?
Nous sommes extrêmement vigilants et attentifs aux informations fournies par les autorités sanitaires. Nous sommes au niveau 5 d’alerte en France. Pour autant, le risque de passer au niveau 6 semble s’éloigner. Par rapport aux participants en provenance du Mexique, une zone de détection infrarouge a été mise en place à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle pour détecter les passagers souffrant de fièvre en provenance directe du Mexique, et les professionnels mexicains attendent de recevoir des instructions de leur côté.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.