email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Stefan Sporbert et Rüdiger Heinze • Producteurs

Un duo efficace

par 

- Zum Goldenen Lamm Filmproduktion : cinéma d'auteur et titres grand public

Stefan Sporbert et Rüdiger Heinze • Producteurs

L'origine de la société de production allemande Zum Goldenen Lamm Filmproduktion se situe probablement au moment du tournage à Berlin d'un film de fin d'études de l'Académie de cinéma du Baden-Württemberg : "J'étais producteur exécutif et Rüdiger est le sauveur que nous avons fait venir quand des problèmes se sont présentés", raconte Stefan Sporbert, co-fondateur de la société avec Rüdiger Heinze. “Rüdiger produisait alors Such mich nicht pour l'Académie et il a fait appel à moi pour coordonner la production. C'est la première production sur laquelle nous avons travaillé ensemble du début à la fin du tournage".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Leurs chemins se sont ensuite séparés : Sporbert est retourné à ses études à Berlin, Heinze a écrit des scénarios, notamment pour la chaîne publique ProSieben. Tout a changé quand Marc Rensing, ami et camarade d'études de Heinze à l'Académie, lui a demandé de composer le scénario du long métrage Parkour.

“Je voulais aussi produire le film, alors pendant la phase de financement, j'ai appelé Stefan pour piloter la production et lui ai demandé s'il voulait créer une société de production avec moi", se souvient Heinze. "Ce coup de fil est arrivé au moment même je venais de terminer mes études commerciales à Berlin et me demandais que faire ensuite, précise Sportbert. Je me suis laissé embarquer dans cette aventure, et pour l'instant tout va bien !". En août 2008, Zum Goldenen Lamm Filmproduktion voyait donc le jour à Ludwigsburg.

Bien que Heinze et Sportbert soient ouverts à tous les genres, leurs premières productions furent toutes des fictions, de Parkour et Die zwei Lebe des Daniel Shore de Michael Dreher à Summer Outside de Friederike Jehn.

“Cela tient en grande partie au fait que nous travaillions avec des réalisateurs à leur premier film. Cependant, ces deux prochaines années, nous voulons aller davantage vers le cinéma grand public : l'année prochaine, nous allons produire une comédie romantique sous forme de téléfilm pour la chaîne SAT.1, et nous préparons une comédie grand public pour le grand écran. Nous souhaitons dans le même temps maintenir notre engagement dans le cinéma d'art et d'essai, c'est-à-dire le genre de films qui sont invités aux grands festivals", précisent les producteurs.

Alors que d'autres producteurs allemands font constamment le tour des académies de cinéma du pays pour repérer de nouveaux talents, Sporbert et Heinze ont la chance d'être des producteurs que les réalisateurs eux-mêmes viennent trouver. "C'est peut-être parce que nous avons une bonne réputation comme producteurs de premiers films", suggère Sporbert. Ainsi, Rick Ostermann, longtemps assistant de Lars Kraume et Matthias Glasner, leur a présenté le scénario de son premier long métrage en tant que réalisateur, Wolfskinder. De même, à l'occasion du Festival Max Ophüls de Sarrebruck, Marc Brummund a rencontré Heinze et lui a parlé de son projet Freistatt.

Wolfskinder, écrit par Annette Friedmann, a pour personnage principal une femme de cinquante ans qui découvre qu'elle est atteinte d'une maladie grave mais décide de ne pas suivre de traitements et plutôt de réaliser son rêve d'enfance : traverser la Manche à la nage.

Cette année très active pour Sporbert et Heinze est loin d'être terminée : le début du tournage du film de Brummund a été fixée au mois de décembre. En juin, Freistatt a reçu le Prix du scénario d'Emden au Festival d'Emden-Norderney.

Le titre du projet renvoie au nom d'une des maisons de redressement les plus dures de l'Allemagne des années 1970. C'est là que se retrouve le jeune héros après avoir été déshérité par ses parents. Le projet, soutenu par le diocèse régional, sera tourné dans les véritables locaux de l'ancienne maison de redressement.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy