email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Robin Hughes • Chequerboard Productions, Australie

L’espoir n’est pas rationnel !

- Cineuropa s’associe au 5ème Forum d’Avignon en publiant les interviews de plusieurs personnalités du secteur culturel et créatif

Robin Hughes • Chequerboard Productions, Australie

Sur le thème "Culture : les raisons d’espérer. Imaginer et transmettre", le 5e Forum d'Avignon (du 15 au 17 novembre) a choisi d'opposer des raisons d'espérer au pessimisme ambiant.

Chaque année, le Forum organise et soutient des rencontres internationales à Avignon et à Essen - avec le Forum d’Avignon-Ruhr. Les propositions issues de ces échanges entre les acteurs de la culture, des industries de la création, de l’économie et des médias sont relayées dans les instances nationales et internationales.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa s’associe à l'évènement en publiant les interviews de plusieurs personnalités du secteur culturel et créatif.

La culture / l’imagination créative vous donne-t-elle une raison d’espérer ?
Robin Hughes : L’espoir n’est pas rationnel, c’est pourquoi les raisons d’espérer sont parfois difficiles à exprimer. Le sentiment, la sensation ou l’émotion que nous apparentons à de l’espoir est néanmoins un mélange étrange de désir et de satisfaction qui intervient lorsque nous sommes confrontés à une grande œuvre d’art. C’est peut-être la raison pour laquelle l’art, que ce soit sous forme de musique, de littérature ou de mouvement peut consoler dans les périodes difficiles et nous inspirer pour trouver des solutions créatives à nos problèmes. Les crises mondiales actuelles, qu’elles soient économiques, politiques ou religieuses, requièrent des solutions imaginatives. Ces instants lumineux qui stimulent notre humanité et fournissent l’intuition et l’inspiration dont nous avons besoin pour trouver les bonnes réponses aux casse-têtes auxquels nous faisons face dépendent d’un climat culturel dynamique, riche d’une activité créative stimulante.

Qui l’incarne le mieux ?
Il est impossible de choisir un artiste ou un art pour illustrer le pouvoir de l’art pour transformer nos vies ou même les sociétés. L’histoire a produit de nombreux exemples d’artistes qui ont fait évoluer des modes de pensée fortement enracinés. Egalement des artistes qui nous rappellent les valeurs humaines éternelles peuvent avoir un impact fort et donner de l’espoir dans des situations compliquées. L’engagement dans une activité créative peut aider des individus dépourvus d’un talent particulier à devenir plus fort et à aider leurs familles et même leurs communautés. Ce que j’essaie de dire ici, c’est que l’acte créateur, cette force mystérieuse, est le fondement de l’espoir.

Quelle serait l’initiative personnelle / œuvre / projet qui incarne concrétise votre raison d’espérer ?
Personnellement, j’ai récemment réalisé des interviews poussées avec six artistes australiens majeurs – un acteur, un auteur, un chorégraphe, un compositeur et artiste visuel et un chanteur – dans lesquels ils étaient invités à parler de la créativité en tant que processus. S’engager dans une démarche créative et apprécier ce qu’elle nous donne à aimer et à apprendre est ce qui me donne de l’espoir. Dès lors que les sociétés humaines cherchent à créer des bénéfices et à poursuivre des objectifs matériels, elles faiblissent et perdent leur orientation. Le monde traverse une crise dans laquelle une sorte d’avidité collective nous a fait oublier le sens de la vie. Nous avons perdu ce que les aborigènes australiens appelleraient « Rêver ». Sans un sens de l’identité culturelle, des valeurs, des attentes et des rêves, nous serons peut-être riches en biens matériels mais nous ne nous réaliserons pas en tant qu’êtres humains. L’espoir réside dans la croissance des institutions et des politiques qui reconnaissent l’importance centrale de l’activité intellectuelle et artistique dans la société. Les institutions comme le Forum d’Avignon et d’autres mouvements dans le monde aideront à trouver des moyens de promouvoir un environnement dans lequel nous pouvons tous nous épanouir.

Comment souhaiteriez-vous la transmettre aux générations futures ?
A travers l’enrichissement par tous les moyens de l’environnement culturel dans lequel nos enfants grandissent. A travers leur éducation formelle mais également en s’assurant que tout ce que les enfants côtoient – des galeries aux musées en passant par la télévision et les jeux vidéos – est complété par l’histoire de l’activité créative et de la pensée humaines. Les nouveaux media peuvent soit se limiter au plus petit commun dénominateur, soit reconnaître que le jeune cerveau humain a évolué pour répondre de façon émotionnelle et intellectuelle à tout ce qu’on lui présente et que les possibilités imaginatives ne devraient pas être sous-estimées.


En partenariat avec

Forum Avignon Logo

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy