email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Agnieszka Kurzydlo

Producers on the Move 2013 – Pologne

par 

- MD 4 a démarré son activité avec 2 films sélectionnés à Berlin en 2013 : Baby Blues de Katarzyna Roslaniec et In the Name of de Malgorzata Szumowska

Agnieszka Kurzydlo

Agnieszka Kurzydlo a débuté dans le monde du cinéma en 1992. Elle a travaillé pour Zentropa International Poland et participé à la production d’Antichrist de Lars von Trier, de The Woman Who Dreamt of a Man de Per Fly et de Elles de Malgorzata Szumowska. Sa société de production, MD 4 a démarré son activité avec deux longs métrages sélectionnés à Berlin en 2013 : Baby Blues de Katarzyna Roslaniec (Ours de Cristal du meilleur film de la section Generation 14plus) et In the Name of de Malgorzata Szumowska qui a pris part à la compétition officielle, a reçu un Teddy Award et a été vendu dans 20 pays.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Cineuropa : Vous étiez étudiante en archéologie. Comment êtes-vous devenu productrice ?
Agnieszka Kurzydlo : Je suis née et je vis à Cracovie, une ville où de nombreux films ont été tournés dans les années 90. Et c’est sur ces plateaux que je me suis retrouvée en tant que coordinatrice des figurants, une profession qui n’existe pratiquement plus aujourd’hui en raison du développement des technologies numériques. L’autre raison, c’est que j’étais dans le même lycée que Malgorzata Szumowska. Son père, qui est réalisateur des documentaires, avait besoin d’aide de temps en temps d’aide pour la production. Ensuite, naturellement, j’ai travaillé avec sa fille, comme directrice de production et assistante réalisatrice.

Réaliser ne vous a pas tenté ?
Je ne suis pas une artiste et je n’ai jamais eu l’ambition de réaliser. Si je devrais trouver un nom pour caractériser ce qui m’interesse le plus dans le cinéma, ce serait la logistique du film.

Les coproductions internationales sur lesquelles vous avez travaillé très vite ont-elles été formatrices ?
Très. Malgorzata m’avait demandé de l’aider à piloter sa société Zentropa Poland. Mais je savais que ce ne serait pas pour l’éternité et que viendrait le moment où je devrais évoluer. Cependant, en Pologne, c’est assez difficile de trouver des sources d’apprentissage car les grandes coproductions sont rares. Travailler pour Zentropa a été essentiel. J’y ai eu l’occasion d’observer de vastes opérations et des mécanismes complexes. Et c’est très appréciable surtout quand on a affaire au système de financement "puzzle" qui est propre aux coproductions européennes. Bref, sans Zentropa, MD 4 n’aurait pas existé.

La ligne éditoriale de MD 4 (un nom qui fait référence à Mental Disorder) semble axée sur des films très engagés, contre les tabous.
Avant de travailler dans le cinéma, j’ai été notamment barman dans un café de Cracovie où les gens venaient après une séance au cinéma. Mon grand plaisir était de les écouter discuter, voire se disputer au sujet d’un film. Quand on constate que les spectateurs ont de vraies émotions et qu’un film peut les toucher profondément, on croit automatiquement au sens de ce que l’on fait. Surtout en Pologne où le public est particulier : il veut des films difficiles et la fréquentation de ce type de films est très bonne. MD 4 a donc été fondé pour répondre à ce besoin, produire du cinéma d’auteur, des films qui touchent, et donner la possibilité à un auteur d’exprimer ce qu’il a à transmettre au public.

Vous produisez actuellement le premier film de fiction d’un documentariste très apprécié en Pologne : Marcin Koszalka.
Red Spider est inspiré par l’histoire d’un tueur en série dans les années 60 à Cracovie. C’est une histoire extraordinaire, au temps du communisme profond, mais avec un élément très contemporain : une réflexion sur le besoin d’être célèbre. Nous produisons un autre premier long : Kebab & Horoscope de Grzegorz Jaroszuk. C’est un réalisateur extrêmement doué avec un talent particulier pour l’humour noir et le non sens, des éléments très peu habituels dans le cinéma polonais. Le film a le soutien du Polish Film Institute et j’espère que le tournage va bientôt commencer. La satisfaction d’un producteur est d’autant plus grande avec un premier long. MD 4 a été créé pour travailler avec les jeunes réalisateurs, non seulement parce qu’ils ont de bonnes idées, mais aussi tout simplement car il ont davantage besoin d’être aidé puisqu’ils débutent.

  

En partenariat avec 

(cliquez sur le logo pour accéder à toutes les interviews des Producers on the Move 2013)

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy