email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Leonardo Pieraccioni

Le retour de l’enfant terrible

par 

- Après 2 ans d’absence, il revient derrière la caméra et tourne à Ischia Il paradiso all'improvviso. A l’affiche, une révélation, la bombe sexy colombienne Angie Cepeda

Leonardo Pieraccioni

ISCHIA – La nouvelle découverte de Leonardo Pieraccioni se nomme Angie Cepeda, une Colombienne installée au Pérou puis à Los Angeles. La presse sud-américaine en a déjà fait un phénomène, ne reculant devant aucun superlatif : «Angie Cepeda est un pur péché», «sexo del màs exquisito y peligoroso splendor» (ce n’est même pas la peine de traduire), «un monument à l’art exquis d’être une femme», un triangle sublime femme-corps-sexe. Un demon au regard de petite fille.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

C’est avec elle ou plutôt avec toutes ces femmes en une seule, que Leonardo Pieraccioni tourne à Ischia, Il paradiso all'improvviso qui marque son retour après deux ans de silence. Le film sera prêt à Noël, une comédie bien sûr, mais qui sera différente du travail habituel du cinéaste. «Leonardo n’est plus le jeune homme bon et naïf de ses premiers films. Il a changé et ses personnages ont changé avec lui», explique son complice de toujours, le scénariste et réalisateur Giovanni Veronesi qui a cosigné le scénario du film avec Leonardo Pieraccioni en personne.
«Leonardo est plus décidé, plus arrogant. Il a changé, il est devenu plus mature. A presque quarante ans, ce n’est plus un petit jeune et surtout il ne veut plus refaire les mêmes gags.» Ainsi, dans l’histoire de son nouveau film, Leonardo Pieraccioni est un célibataire impénitent et convaincu. Ses amis Alessandro Haber et Rocco Papaleo, cherchent avec malice à le faire tomber dans le piège d’une femme. Une belle femme. «Cela fonctionne comme un pari, un pari d’amour joué par Leonardo» ajoute Giovanni Veronesi. «Un pari qui donne son sens à ce film très comique qui dévoile un point de vue sentimental différent par rapport à ses films précédents, avec plus de maturité sans doute ».

Le travail du personnage joué par Pieraccioni dans ce film semble très étrange: il dirige une entreprise qui produit de la pluie, de la neige et de la grêle. Une activité qui n’est pas si bizarre pour quelqu’un qui œuvre dans le cinéma: les «magiciens de la pluie» sont appelés sur les plateaux pour recréer des déluges, des averses ou pour submerger de neige les places noyées de chaleur de la fin du printemps. Dans le film, Pieraccioni procure pluies et autres pour les fêtes et les événements mondains. Dans le rôle de son assistante, Anna Maria Barbera, la séduisante et impétueuse «Sconsolata»". Cette actrice comique qui est un véritable phénomène en ce moment à la télévision est capable de se moquer d’elle-même: «Parfois les femmes se sentent seule après l’amour... moi, je me sens seule pendant!». Un film donc avec un rôle féminin comique, spontané et auto-ironique et un autre à la sensualité extrême avec Angie Cepeda.

Comment Pieraccioni a t-il découvert l’actrice colombienne? Le plus simplement du monde: en allant au cinéma. Dans une petite salle Art et Essai de Rome était projeté «Pantaleón y las visitadoras», un film colombien sur les prostituées et leurs relations avec le régime militaire. Voir à l’écran Angie Cepeda et en tomber amoureux fut instantané.
Et c’est en pourchassant Angie que Leonardo a repris après deux années d’activité le chemin des plateaux. L'année dernière, ce ne fut pas le paradis mais un purgatoire de 12 mois d’attente: une pause provoquée par l’arrêt de toutes les productions de Cecchi Gori dont il était l’acteur et l’auteur vedette. Une année quasiment sabbatique durant laquelle il est retourné au théâtre avec une tournée qui a traversé de nombreuses villes italiennes.

«Cette période a été difficile pour tout le monde du cinéma italien. Pour ma part, j’ai évité d’en faire un prétexte pour reprendre les recettes qui marchaient d’Il Ciclone ou de Fuochi d'artificio. Personne en Italie, à l’exception de Benigni et Aldo, Giovanni & Giacomo, ne peut réussir à se maintenir au top du box-office. Pas même des champions comme Troisi ou Verdone. Maintenant je ne me préoccupe plus de la carrière du film au box-office, j’ai compris que cela n’a pas de sens d’ajouter trois blagues de plus pour faire rire, si cela n’a rien à voir avec l’histoire». Et revenant sur cette année qui pourrait sembler perdue, Pieraccioni souligne aussi que «le cinéma est un hobby, ma vraie passion est le cabaret». Donc une année qui n’a pas été gaspillée mais qu’il a consacré à son amour de toujours. Et maintenant, à Ischia, Leonardo a retrouvé sa maîtresse: le cinéma. Pendant un mois, ils vont se dorloter là avant que le tournage ne parte pour une semaine à Florence. Et ils se retrouveront dans les salles à Noël pour célébrer leur passion devant le public de toute l’Italie.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy