email print share on facebook share on twitter share on google+

VENISE 2018 Compétition

Carlos Reygadas • Réalisateur

“Mes films ne sont pas fournis avec un mode d'emploi"

par 

- VENISE 2018 : Cineuropa a rencontré le cinéaste mexicain pour parler de Nuestro tiempo, son sixième long-métrage, en lice pour le Lion d'or

Carlos Reygadas • Réalisateur
(© La Biennale di Venezia - foto ASAC)

Nuestro tiempo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Carlos Reygadas
fiche film
]
, interprété par la femme de Carlos Reygadas, Natalia Lopez, ses enfants et le réalisateur mexicain lui-même, en compétition à Venise, raconte l'histoire d'un couple qui essaie de sauver leur mariage (et leur ranch) après de nombreuses années et une infidélité nouvelle, mais à mesure que cette relation toute fraîche se renforce, tout ce qu'ils sont parvenus à construire au fil des années est remis en cause. Nous avons rencontré le réalisateur sur le Lido.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Vous semblez vous intéresser au phénomène selon lequel les gens, comme vos personnages, peuvent avoir une foule d'idées et d'accords entre eux qui fonctionnent en théorie, mais échouent dans la pratique.
Carlos Reygadas
: C'est comme cela que nous vivons nos vies. Nous passons tellement de temps à penser et à planifier, à essayer d'avoir des mariages qui fonctionnent et de fonder des familles, et nous échouons ! Mais nous savons aussi nous relever et essayer de nouveau. Parfois, certaines choses durent plus longtemps, mais au final, tout finit par échouer, et le monde lui-même cessera un jour d'exister. Ce qui est intéressant, néanmoins, c'est que les humains essaient de communiquer entre eux malgré leur individualité. Les animaux et les plantes font probablement la même chose mais la différence, c'est que nous sommes conscients de notre existence et de fait, nous pouvons nous rapporter les uns aux autres de manière personnelle. Mais oui, nous échouons, et c'est une bonne chose. 

Vous jouez un des personnages principaux du film, de même que votre femme. N'était-ce pas un peu bizarre, pour vous, compte tenu du sujet du film ?
Vous êtes critique, donc vous savez que c'est moi à l'écran, mais la plupart des spectateurs ne seront pas au courant et n'en auront que faire. Une fois qu'on a filmé quelqu'un ou quelque chose, tout change. Au début, ma mère disait : Je ne veux pas voir Natalia faire toutes ces choses affreuses !". Mais ce n'est pas Natalia : elle joue un rôle. Beaucoup ont dit que le film était autobiographique, mais à vrai dire, le film le plus autobiographique que j'aie fait, c'est Lumière silencieuse [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, et je ne suis même pas dedans, et je ne parle pas allemand. Celui-ci ? Pas tant que ça. Si j'ai joué dedans, c'est pour des raisons pratiques. 

L'amant est interprété par Phil Burgers. C'est le seul membre de la troupe qui puisse être qualifié d'acteur professionnel à proprement parler. Mais son personnage est très étrange…
C'est un rôle difficile parce qu'on s'attendrait à voir quelqu'un avec un peu plus de charisme dans ce rôle, mais je voulais que ce personnage soit un peu abstrait. Je ne voulais pas faire un film autour du choix d'une femme entre un mari qu'elle adore et qui a bon cœur et cet autre homme très intéressant. Je voulais que le film parle de trouble parce qu'il se penche sur cette femme en particulier et sur son parcours personnel. Il y a beaucoup de cas de gens brillants qui tombent amoureux d'imbéciles. C'est normal, c'est comme ça qu'on fonctionne.

Mes films ne sont pas fournis avec le mode d'emploi, surtout parce qu'il y a déjà beaucoup de répétitions. Vous voyez beaucoup de films – est-ce que vous ne vous ennuyez pas, parfois ? Il y a des gens, comme Greenaway, qui disent que le cinéma est mort, mais je ne pense pas qu'il soit encore né. Il va probablement mourir très bientôt quoiqu'il en soit, dans une sorte d'avortement. Beaucoup disent que le cinéma consiste à raconter une bonne histoire, et je trouve ça tellement triste. Savez-vous ce qu'on a déjà, pour raconter des histoires ? Les livres. Les films sont mieux pour transmettre des émotions. S'il n'y a pas de mystère dans un film, alors il n'est qu'une imitation de la vie. C'est aussi simple que ça.

Dans votre travail, continuer d'explorer votre vision propre est-il une priorité absolue ?
Si je ne pouvais pas faire cela, je ne ferais pas de films. Il y a pire, comme métier, mais celui-ci n'est pas si formidable que ça. Je le fais parce que je veux vraiment partager ma vision avec les autres. Dans mon film, Ester ne lave pas une seule assiette, et pourtant certaines personnes s'obstinent à le décrire comme un film "machoe ("Ainsi, les gens sont comme des taureaux ? Et les mâles se battent pour la femelle ? Et ce connard prend trois heures pour nous dire ça ?). Ils n'arrivent à comprendre ces personnages qu'à travers des conceptions codifiées du sexe dans notre société. Juan se bat pour son mariage. Il se trompe sans doute à plein de niveaux, mais qui ne se trompe pas ? Dieu ?!

Orson Welles dit que faire des films uniquement pour l'argent serait une perte de temps. Autant en faire par nécessité interne.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi