email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SAN SEBASTIAN 2018 New Directors

Hadrian Marcu • Réalisateur

"Dès qu’on a les bons acteurs, la manière dont on travaille avec eux devient toute naturelle"

par 

- SAN SEBASTIAN 2018 : Hadrian Marcu présente son premier long-métrage A Decent Man, une oeuvre intelligente et sensible qui parle d'un Roumain ordinaire, avec quelques problèmes

Hadrian Marcu  • Réalisateur
(© Lorenzo Pascasio)

Après une carrière longue et intense dans le court-métrage, Hadrian Marcu a dévoilé son premier long-métrage, A Decent Man [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Hadrian Marcu
fiche film
]
, dans la section New Directors du Festival de San Sebastian. Cineuropa a rencontré le réalisateur roumain pour l'interroger sur les détails de ce travail précis et téméraire qui lance un défi au spectateur.

Cineuropa : Vous avez présenté ce film à l'état de projet à San Sebastian l'année dernière, dans le cadre de Glocal in Progress. Comment vivez-vous ce retour avec le film fini ?
Hadrian Marcu :
C'est formidable ! L'année dernière, Glocal in Progress s'est très bien passé : nous nous sommes sentis très bien accueillis et le festival comme la ville sont fantastique. Revenir avec le film fini pour le présenter ici est extraordinaire. Un vrai plaisir. San Sebastian est un lieu où l'on voit les gens profiter avec bonheur du festival et des films, donc c'est l'endroit parfait pour donner à voir son travail.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le scénario du film est inspiré d'un roman. Le résultat est-il éloigné de la source ?
Le scénario est inspiré du roman Firsc du Roumain Petru Cimpoeșu. J'ai repris du roman deux choses : l'environnement de travail, dont je pense qu'il est très important pour l'intrigue et le ton du film, et le triangle amoureux, qui est aussi un élément fondamental.  Pour moi, le plus intéressant des deux est le l'environnement de travail, le fait qu'il affecte la manière dont les gens travaillent et se rapportent aux autres gens, les gardes de nuits, la solitude... Quant au triangle amoureux, J'aimais bien le fait que les relations sont différentes et mal équilibrées. Pour les détails, en travaillant sur le scénario, j'ai ajouté des choses qui n'étaient pas dans l'histoire de départ.

Il y a certains éléments dans le film qui rappellent un certain nombre de réalisateurs contemporains, de Roumanie et d'autres pays européens. Pourriez-vous nous parler de vos influences ?
Je suis avant tout un cinéphile qui aime un certain genre de cinéma, qu'on pourrait appeler "slow cinema" ou cinéma contemplatif, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas des films les plus commerciaux ou les plus faciles pour le public, mais c'est le cinéma avec lequel je suis le plus à l'aise comme réalisateur aussi. Bien sûr, je dois avoir été influencé par de nombreux cinéastes différents, et de nombreux genres de cinéma, mais je n'ai pas intentionnellement suivi un style, un mouvement ou autre. Je cherche la manière dont je veux raconter les histoires que je veux raconter et dans le cas de ce film, je suis content du résultat. J'imagine qu'on peut y trouver des points communs avec d'autres réalisateurs, mais c'est normal, je suppose. Quand on regarde des films et qu'on en vient à admirer certains réalisateur, cela peut influencer la manière dont on travaille.

L'environnement est extrêmement important dans le film, dans le sens où il détermine la manière dont les personnages se comportent. Comment avez-vous procédé pour créer cet univers ?
À mon avis, il était fondamental pour l'intrigue de bien poser le contexte dans lequel évoluent les personnages. Mon intention n'était pas de faire un film de critique sociale. Bien sûr, il y a ici une dimension sociale mais pour moi, c'est avant tout un film sur les personnages, et leurs conflits personnels et privés. Cependant, dans le contexte de ces conflits mêmes, les différents endroits où les choses se passent sont très importants. J'aime voir les lieux avant de tourner et je fais une sorte de travail de recherche de journaliste pour pouvoir nourrir le scénario et les personnages de toutes ces informations.

Pour faire un film à personnages comme celui-ci, le travail avec les acteurs doit être très intense. Comment avez-vous géré cet aspect ?
Avec chaque acteur, le travail est différent, mais ici, le casting a été très important. Une fois qu'on a les bons acteurs, ceux dont on sent qu'ils collent aux personnages, la manière dont on travaille avec eux devient toute naturelle. Connaître ses personnages et savoir ce qu'on veut dire à leur sujet permet de comprendre plus facilement ce qu'on attend des comédiens.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi

Privacy Policy