email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BLACK NIGHTS 2018 Compétition Films Estoniens

Liina Trishkina-Vanhatalo • Réalisatrice de Take It or Leave It

"Être parent, au-delà des notions de mère et de père"

par 

- Liina Trishkina-Vanhatalo parle de son premier long métrage, Take It or Leave It, primé à Arras et candidat estonien à l’Oscar

Liina Trishkina-Vanhatalo  • Réalisatrice de Take It or Leave It
(© Lea Rener/Arras Film Festival)

Révélant un talent très prometteur en explorant le sujet de la paternité dans son premier long métrage, Take It or Leave It [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, candidat de son pays dans la course à l’Oscar 2019 du meilleur film en langue étrangère, la réalisatrice estonienne Liina Trishkina-Vanhatalo a été récompensée au 19e Arras Film Festival par une mention spéciale du jury et par le prix de la critique, alors que son interprète principal, Reimo Sagor, remportait le prix du meilleur acteur au 28e Festival de Cottbus.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Quel a été votre parcours avant de vous lancer dans Take It or Leave It, votre premier long de fiction ?
Liina Trishkina-Vanhatalo :
J’ai réalisé des documentaires pendant de très nombreuses années, mais j’ai également monté aussi bien des documentaires que des films de fiction. Par ailleurs, j’ai été scripte sur plusieurs productions.

D’où est venue l’idée de réaliser un film sur la paternité ?
J’ai commencé à y penser il y a cinq ans. A l’époque, avoir un enfant était un gros sujet dans mon entourage, de différentes manières : beaucoup de personnes donnaient naissance à des enfants ou voulaient en avoir plus, certains luttaient depuis longtemps pour en avoir ou ne pouvaient pas en avoir, etc. Cela m’a ouvert un champ de réflexion sur ce que représente le fait d’être parent, au-delà des notions de mère et de père. Quand quelqu’un devient-il parent ? Est-ce quand l’enfant nait ? Quand tout le monde est prêt à cet événement ? Quand c’est un but d’être parent ? La société estampille parfois certaines personnes comme incapables d’avoir des enfants alors qu’elle estime que d’autres sont parfaits pour la chose : il y a beaucoup de préjugés. J’ai ensuite lu un court article sur une parution féminine Internet à propos d’un homme qui s’était retrouvé seul avec un bébé âgé de deux mois. Le tout m’a donné l’idée du film. Le fait d’être père et la définition de ce qu’est une famille sont des sujets dont les concepts sont en train de changer. J’ai lu récemment qu’il existe trois façons d’être père : biologique, sociale et psychologique. Dans l’idéal, les trois sont réunies en une seule personne, dans le pire des cas il n’y en a aucune, mais pour l’enfant, le plus important est le père psychologique, pas même le social et encore moins le biologique. Le père psychologique est celui qui est présent pour l’enfant, dans les bons et les mauvais moments.

Une femme réalisatrice qui aborde la question de la paternité, c’est relativement inhabituel.
A mon avis, être mère et être père sont deux choses très différentes. Les pères agissent à leur manière en tant que parents et c’est très bien comme cela. Je pense que pour les femmes, c’est très difficile de donner aux hommes de l’espace pour être père. Les femmes ont souvent la volonté instinctive de tout contrôler en ce qui concerne les enfants, elles pensent parfois qu’elles sont les meilleures dans ce domaine. Et très souvent, quand elles ont un fort caractère, elles creusent ainsi leur propre tombe car en contrôlant trop, elles enlèvent peu à peu au père la possibilité de jouer son rôle de père. Et quand elles s’en aperçoivent, c’est trop tard. Il très important aujourd’hui, parallèlement aux mouvements d’émancipation des femmes, de parler aussi de paternité.

On entend toujours dire que tourner avec un bébé est très difficile ? Est-ce vrai ?
Nous avons beaucoup de chance avec le bébé du film. En un sens, c’est facile, car un bébé ne joue pas : il fait ce qu’il fait d’habitude. Nous nous sommes adaptés et nous avons organisé les journées de travail en fonction de ses horaires d’alimentation et de sommeil. Toute l’équipe était prête à bouleverser le plan de travail en fonction de l’humeur du bébé. Quand nous avons commencé, le bébé n’avait que deux semaines, donc j’ai demandé à l’acteur principal Reimo Sagor de passer beaucoup de temps dans la vraie famille du bébé, de faire les gestes du quotidien : le porter, le nourrir, changer ses couches, appendre à faire les choses d’une seule main, etc. Le bébé a donc appris à lui faire confiance.

Comment souhaitiez-vous équilibrer le contenu documentaire avec le quotidien de cet homme devant s’occuper de son bébé, et le cachet de fiction du film ?
Cela passait d’abord par la définition du style visuel. Je voulais qu’il y ait une patine esthétique de fiction, mais qui ne soit pas trop artistique, qu’on ne soit pas trop conscient du style visuel afin de ne pas perdre la crédibilité qui était essentielle. Pour les décors, les costumes, le travail de la caméra, les éclairages, il a fallu trouver toujours le juste équilibre entre ne pas en faire trop, ni pas assez. Je voulais que ce soit un film simple. D’habitude, pour les décors des films, on cherche des endroits qui dégagent quelque chose de spécial, mais c’est ce que je ne voulais pas du tout, même si je savais qu’il fallait un minimum pour que ce soit cinématographique. Et pour la caméra, je voulais qu’elle soit le plus présente et dynamique possible.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.