email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Metod Pevec • Réalisateur de I Am Frank

"La gauche européenne n'est pas sûre de la pensée gauchiste et gênée par propre enracinement dans le marxisme"

par 

- Nous avons parlé à Metod Pevec, une des figures principales de la première génération des réalisateurs qui se sont fait connaître après l'indépendance de la Slovénie, sur son film I Am Frank

Metod Pevec • Réalisateur de I Am Frank
(© Katja Goljat/Matjaž Rušt/FSF archive)

Metod Pevec, un des premiers réalisateurs slovènes à avoir fait un film après l’éclatement de la Yougoslavie, reste un des réalisateurs de son pays les plus notables à ce jour. Après avoir commencé sa carrière dans le cinéma dans les années 1970 en tant qu’acteur dans Strawberry Time puis See You in the Next War de Živojin Pavlović, en 1980, Pevec a scénarisé et réalisé plusieurs long-métrages (fictions et documentaires) depuis le début des années 1990, notamment Beneath Her Window et Home [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, dévoilé au Festival de Sarajevo en 2015.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans le long-métrage de fiction I Am Frank [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Metod Pevec
fiche film
]
, une coproduction entre la Slovénie et la Macédoine qui a fait l'ouverture du 22e Festival du film slovène de Portorož, Pevec continue d’explorer le grand thème qui le préoccupe : les effets de la transition sur les gens appartenant aux marges de la société slovène, ce qu’il avait déjà analysé dans le documentaire Home. Son nouveau film, composé comme une histoire sur deux frères avec des différences personnelles et idéologiques, juxtapose à travers ces deux personnages principaux le socialisme idéaliste avec le néolibéralisme nihiliste. Cineuropa a rencontré le réalisateur à Portorož pour discuter du film et de son travail en général.

Cineuropa : Le héros de I Am Frank, interprété par Janez Škof, est un idéaliste, un gauchiste avec des valeurs socialistes, quelque peu perplexe face aux réalités du monde contemporain. Vous avez vous-même grandi dans la Yougoslavie socialiste : y a-t-il une part d'autobiographie dans cette histoire ?
Metod Pevec : J’ai étudié la philosophie et la littérature comparée. Les théories marxistes étaient dominantes dans nos études à l'époque, mais nous avons eu un professeur qui abordait cela avec une certaine légèreté, ce qui a vraiment fait de moi un fidèle. Le fait est que beaucoup de choses ne fonctionnaient tout simplement pas dans cette société, donc je ne dirais pas que j’ai essayé de reproduire cette philosophie dans mes films. Cependant, je suis fermement convaincu que la société d’aujourd’hui a besoin d’une critique plus prononcée, mieux formulée – ce que le marxisme faisait très bien, du moins au début de l’ère capitaliste. D'un autre côté, le nouveau capitalisme, c'est celui qui a gagné : le bloc de l'Est et les expériences socialistes ont échoué. C’est précisément la raison pour laquelle nous avons besoin d'une résistance organisée, d'une critique cohérente et tenace avec une forte base politique. Hélas, la gauche européenne est faible et manque de confiance en ce moment. Elle est elle-même incertaine de la pensée de gauche et gênée par ses origines marxistes.

En tant que réalisateur, qu’est-ce qui vous a donné envie de raconter des histoires à partir des marges de la société comme vous les faites dans vos deux dernier films, Home et I Am Frank ?
Je suis un enfant du prolétariat, qui a grandi dans une banlieue ouvrière de Ljubljana. Je vivais dans un bloc construit pour les travailleurs des chemins de fer, et celui d’à côté appartenait à une coopérative agricole. J’ai conservé une partie de mon âme ouvrière. J’ai épousé la fille d’un médecin et d’une infirmière, et il n’y avait pas de différence entre nos familles. La société d’aujourd’hui est beaucoup plus stratifiée. Donc je suppose que c'est lié au monde dans lequel j’ai grandi.

L’actrice du film, Katarina Čas, a dit qu’elle avait parfois trouvé difficile de jouer un personnage féminin aussi passif. Pourriez-vous nous en dire plus sur vos personnages féminins en général ?
Bien qu’elle soit apathique et toxicodépendante, c’est à vrai dire le personnage de Katarina qui décide du dénouement du film. Je reconnais qu'elle a dû pour ce rôle communiquer beaucoup de choses sans pouvoir s’appuyer sur des dialogues acérés, parfois même sans utiliser aucun mot du tout. Mais si on compare mes personnages féminins et masculins en général, il me semble que les personnages féminins représentent la moitié la meilleure et la plus saine de l’humanité. Hélas, les personnages de film, notamment les personnages féminins, ne peuvent pas être meilleurs que dans la vraie vie, et ce ne serait pas souhaitable. J’espère que l’émancipation ne signifie pas qu'il faut interdire aux réalisateurs de sexe masculin de parler de femmes toxicodépendantes, de perdantes, ou autres personnages à défauts.

En tant que réalisateur de documentaires et de fictions, pourriez-vous parler de ces deux approches distinctes ?
Ça peut sembler bizarre, mais les gens ont un désir secret de confession. L’Église s’est rendu compte de cela et s'est mise à en profiter il y a longtemps. La caméra a le même effet : les gens disent devant elle des choses qu’ils n’auraient pas dites s’il n’avait pas été séduits par elle. Cela signifie qu’en tant que réalisateur de documentaires, on a une grosse responsabilité. Il y a des fois où j’ai décidé de couper certaines scènes – car la personne peut se trouver dans une situation complètement différente dix ans après le film, mais le film reste le même, et ce qu'ils ont dit si facilement alors peut devenir un fardeau après.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Lire aussi

Privacy Policy