email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CINEMED 2019

Christophe Leparc • Directeur, Cinemed

"La ligne éditoriale de Cinemed passe forcément par le cinéma engagé"

par 

- Rencontre avec Christophe Leparc, directeur du Cinemed - Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier (41e édition du 18 au 27 octobre)

Christophe Leparc • Directeur, Cinemed

Pilote depuis cinq ans du Cinemed, le Festival du Cinéma Méditerranéen de Montpellier, Christophe Leparc (par ailleurs secrétaire général de la Quinzaine des réalisateurs cannoise depuis 2008) évoque la 41e édition (lire l’article) qui débute aujourd'hui.

Cineuropa : Les films du Sud du bassin méditerranéen semblent en plein essor à l’affiche des grands festivals et ils sont aussi nombreux en compétition cette année au Cinemed. Comment analysez-vous cette tendance ?
Christophe Leparc : C’est le résultat d’une combinaison de deux mouvements. D’abord, un profond changement dans la distribution des films dans les années 80-90 avec l’émergence de sociétés qui se sont lancées dans le cinéma d’auteur parce qu’on s’est aperçu qu’il y avait une rentabilité possible pour les sorties commerciales de ce type d’œuvres qui pouvaient donc circuler au-delà de la simple présentation dans des festivals. Ensuite, l’émergence de talents a été favorisée par le travail des festivals comme Montpellier. Cela fait ainsi 25 ans que nous avons une bourse d’aide au développement dont le principe est de confronter des auteurs ayant des idées de films et venant de tout le bassin méditerranéen à des professionnels qui vont les aider à faire émerger leurs talents sur le marché international et donc à peaufiner des projets d’autant plus remarquables par les grands festivals.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Par exemple, Un fils [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Tunisien Mehdi M. Barsaoui qui a fait sa première mondiale à Venise où il a remporté le prix du meilleur acteur Orizzonti, avait gagné cette bourse d’aide et c’est à cette occasion que les producteurs tunisien et français s’étaient rencontrés. Le film fait maintenant sa première française à Montpellier en compétition et nous en sommes très fiers car c’est un travail de fond que nous menons : suivre d’abord les auteurs depuis leurs courts métrages, puis les orienter vers notre dispositif "Du court au long" et ensuite vers notre Bourse d’aide. Toutes les plateformes, du Cinemed au TorinoFilmLab, sont là pour aider les auteurs à réaliser leur premier long métrage; ensuite, on passe dans une autre économie avec des producteurs attachés aux projets et qui vont aller chercher des vendeurs et des distributeurs, et un système de coproductions avec des soutiens spécifiques (comme l’Aide aux Cinémas du Monde du CNC) qui vont permettre aux films d’exister.

Tout cela a permis à beaucoup de talents de se révéler et c’est vrai que le Sud du bassin méditerranéen est actuellement en plein essor et il est indéniable qu’il y a un intérêt croissant des pays européens pour les talents du Sud de la Méditerranée. Quand nous avions organisé un focus sur le jeune cinéma tunisien il y a trois ans, on ne pouvait que constater une réelle émergence de talents en quête de coproductions avec l’Europe, mais également une volonté de développement à l’intérieur du pays même avec le désir de montrer les films à un public national qui manifestait l’envie de les découvrir, ce qui a entraîné des créations de salles. La Tunisie est quasiment un cas d’école car l’émergence ou la réémergence d’une cinématographie ne peut se faire que grâce à une volonté politique d’ouverture et à une appétence des spectateurs locaux pour des films qui ne soient pas simplement destinés au marché international et à rester dans des niches de festivals. Mais ce n’est pas toujours facile comme le montre les difficultés récentes de Papicha [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mounia Meddour
fiche film
]
de Mounia Meddour, qui a pourtant été soutenu par les pouvoirs publics algériens et qui est le candidat du pays à l‘Oscar, à être projeté en salles en Algérie.

Leoluca Orlando, le maire de Palerme, comme nouveau président de votre festival, l’ouverture de cette édition par Adults in the Room [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Costa-Gavras
fiche film
]
de Costa-Gavras : l’engagement est-il une caractéristique du Cinemed ?
Par rapport à la programmation, l’arrivée de ce président engagé est un concours de circonstances, mais ce n’est pas un hasard. Le Cinemed a toujours donné la parole à des cinéastes du bassin méditerranéen qui sont engagés car ils veulent parler de ce qui se passe dans leurs pays, à l’image du cinéma algérien avec Abou Leila [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d’Amin Sidi-Boumediène en compétition cette année ou Les Bienheureux [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Sofia Djama en 2017. Mais cela peut aussi s’exprimer à travers la comédie comme l’an dernier avec Tel Aviv on Fire [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sameh Zoabi
fiche film
]
de l’Israélo-Palestinien Sameh Zoabi. La ligne éditoriale de Cinemed passe forcément par le cinéma engagé car la réalité du monde n’est pas toujours rose en Méditerranée comme le montre par exemple cette année Nour de l’Italien Maurizio Zaccaro qui évoque la situation des migrants à Lampedusa. Et mettre Adults in the Room de Costa-Gavras, un thriller financier formidable sur la crise grecque, est très symboliquement un phare de cet esprit d’engagement qui se manifeste aussi dans la filmographie de notre invité d’honneur André Téchiné (par exemple dans Les Roseaux sauvages qui évoquait la guerre d’Algérie), dans le travail du réalisateur Paolo Virzì qui décrypte son pays, notamment le capitalisme sauvage, par le biais d’une modernisation de l’héritage de la grande comédie italienne, ou encore dans l’action du producteur Mohamed Hefzy qui secoue un cinéma égyptien un peu endormi en mettant le pied à l’étrier à de jeunes talents.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.