email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Hany Abu-Assad • Réalisateur

Un kamikaze à Hollywood

par 

Hany Abu-Assad • Réalisateur

Dans la course aux Oscars (catégorie meilleur film en langue étrangère), un film représente la Palestine, la "nation sans pays" qui a, depuis bientôt trois éditions, le droit de concourir pour la prestigieuse statuette bien que n'ayant pas encore obtenu sa pleine indépendance. Ce film, c'est Paradise Now [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(co-produit par les Pays-Bas, la France et l'Allemagne) de Hany Abu-Assad. "C'est pour moi un grand honneur que de représenter une cause", a expliqué le cinéaste à Cineuropa.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa: L'histoire de ce film est manifestement très forte, puisque vous présentez, dans un style réaliste, un des problèmes les plus délicats de l'ordre international, les attentats au suicide au Moyen-Orient, actes de kamikazes.
Hany Abu-Assad : Je voudrais qu'on ne juge mon film que sur des critères exclusivement cinématographiques. Paradise Now parle d'amitié et du fait que notre environnement et les circonstances influencent nos choix. J'utilise la réalité comme toile de fond. Mon but était de faire un thriller, ou quelquechose de cet ordre, mais dans un contexte réel en termes de temps et d'espace qui me permette d'aborder un sujet important.

Difficile, cependant, d'éviter les implications politiques de ce film.
Personnellement, je suis contre la violence, mais le film est plus complexe. Il ne se limite pas à mon opinion: chaque personnage a la sienne et entre en conflit avec lui-même et les autres.

Vous devez néanmoins avoir un avis sur les responsables de cette montée de la violence?
Mon opinion politique est claire: il existe un État dont les frontières sont contrôlées par Israël. Ce sont eux qui occupent notre territoire, ce sont eux qui sont responsables des gens qui y vivent. Tant que les palestiniens n'auront pas les mêmes droits que les autres citoyens, de pareilles choses continueront de se produire — on continuera de trouver des gamins de quatorze ans prêts à devenir kamikazes.

Le film n'aborde pourtant pas les aspects les plus négatifs de la vie en Palestine, comme les procédés mafieux employés par certaines organisations intégristes pour gérer le territoire.
Quand nous serons vraiment une nation libre et indépendante, alors j'évoquerai aussi les défauts de notre société.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.