email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Martin Schlüter • Chef de production au IFC

Les projets islandais pour 2006

par 

Martin Schlüter • Chef de production au IFC

Né en Allemagne, Martin Schlüter est arrivé en Islande en 1989 où il a monté sa société de production en collaboration avec le réalisateur Ásdís Thoroddsen. En 2005, il a rejoint le Icelandic Film Centre (IFC) à la tête du département Production. Il dévoile à Cineuropa les nouvelles négociations budgétaires du IFC avec le gouvernement et les nouveaux films islandais intéressants prévus en 2006.

Cineuropa : Pouvez-vous me rappeler quel est le budget annuel du Icelandic Film Centre pour la production de films ?
Martin Schlüter : Nous disposons d'environ 2 millions d'euros par an pour la production de longs métrages et d'un million d'euros pour les documentaires et les courts métrages. Sur des budgets de production de plus de 2,5 millions d'euros, nous octroyons 500 000 à 600 000 euros par film. L'idéal serait de couvrir 40 % du budget. Nous sommes actuellement en train de négocier avec le gouvernement la mise en place d'un nouveau contrat de financement du Fonds entre 2006 et 2009 et deux domaines sont particulièrement importants. Tout d'abord, nous souhaiterions que notre budget annuel pour la production de films soit augmenté afin que nous puissions financer des films à plus gros budgets ainsi que des petites ou des moyennes productions. Il serait en outre idéal de rencontrer d'autres partenaires financiers comme les télévisions ou les investisseurs privés qui sont davantage impliqués dans l'industrie du film islandais.
Nous aimerions également que le gouvernement applique le remboursement de 12 % sur les coûts de production pour le cinéma et la télévision en Islande et qu'il envisage son augmentation. Ceci est essentiel pour rester compétitif par rapport aux autres pays européens tels que le Royaume-Uni qui a récemment revu ses incitations fiscales. Jusqu'ici, le remboursement de 12 % sur les coûts de production en Islande s'est avéré très positif étant donné qu'il a attiré de grosses productions telles que Flags Of Our Fathers, de Clint Eastwood, car l'Islande est relativement plus cher que les autres pays européens. Mais nous disposons de professionnels très expérimentés et notre pays est totalement anti-bureaucratique et doté d'une infrastructure hautement développée.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Quelles sont vos relations avec vos partenaires européens en coproduction ?
Nous entretenons de très bonnes relations avec nos partenaires allemands et britanniques, en plus d'une longue expérience de coproduction avec les pays scandinaves. Mais les producteurs de films islandais sont habitués à chercher le financement à l'étranger, non seulement à travers les fonds publics, mais également grâce à un solide réseau de contacts.
Un petit film islandais coûte environ 1 millions d'euros, et un film se monte en moyenne avec 2 millions d'euros. L'année dernière, deux films ont été réalisés avec un budget de 5 millions à 10 millions d'euros : A little Trip To Heaven [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, de Baltasar Kormakur, et Beowulf And Grendel, de Sturla Gunnarson. Mais ils ont été tournés en anglais et nous essayons de comprendre comment traiter les films anglophones tout en continuant à défendre notre identité culturelle.

Quels sont les projets de films islandais intéressants prévus pour 2006 ?
Tout d'abord, Eleven Men Out, de Robert Douglas qui a été sélectionné à la section Panorama à Berlin cette année. Ensuite, Thicker than Water, une coproduction entre l'Islande, le Danemark et l'Allemagne sort actuellement en salle et pourrait bien être sélectionnée au prochain Festival de Cannes. Ce film est le premier long métrage de Ari Oli Asgeirsson qui a fait ses études à l'École du film de Lotz en Pologne et a déjà à son actif un court métrage sélectionné à la Cinéfondation de Cannes en 2002.
Il y a également le nouveau film de Baltasar Kormakur, Jar City (t.o. Mýrin), dont le tournage a commencé le 10 mars, The Good Heart, le nouveau film du réalisateur de Dark Horse [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et Noi the Albino, Dagur Kári, qui sera tourné l'été prochain, ainsi que A Gathering of Foes, le nouveau film ambitieux de Fridrik Thor Fridriksson basé sur une saga islandaise.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy