email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Piotr Dzięcioł • Producer

Producer on the Move 2006 – Pologne

par 

Piotr Dzięcioł • Producer

Piotr Dzięcioł est directeur d’Opus Film, une société de production créée en 1991 dont le siège se trouve au célèbre Studio de Production de Łódź qu’elle a rénové et modernisé. Opus Film réalise 60 productions (cinéma, TV, publicité) par an.

Cineuropa : Les deux films polonais qui sont sélectionnés pour le prochain festival de Cannes (Z odzysku [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Slawomir Fabicki dans la section Un certain regard et Dziki jeździec de Adam Guzinski en Projections spéciales) ont été produits par vous. C’est le signe du succès, d’autant plus que le film polonais est absent de Cannes depuis de longues années…

Piotr Dzięcioł : Certainement. La sélection à Cannes est l’une de plus difficiles à atteindre en comparaison avec celles d’autres festivals. Nous en sommes très satisfaits d’autant plus que – comme vous le savez – „la carrière” internationale des films artistiques dépend surtout de leur présence aux festivals.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce que montre l’exemple d’un autre de vos films – Edi de Piotr Trzaskalski.
Exactement. Ce film a été récompensé dans des festivals du monde entier, du Japon à Sao Paulo, il a été candidat polonais aux Oscars, il a reçu une nomination au Prix Européen de Cinéma (European Film Award). Ces succès ont contribué à la vente des droits du film à plusieurs pays ce qui, effectivement, constitue un exemple rare dans le cinéma polonais récent.

Revenons à ce que vous appelez „le film artistique” : pourquoi Opus Film se concentre sur les projets de films d’auteur, en délaissant des projets plus commerciaux?
Je n’aime pas vraiment cette distinction entre le cinéma commercial et non commercial. Je reviens à l’exemple d’Edi: ce n’est pas une grande production commerciale et pourtant ce film a fait 450.000 spectateurs ce qui est un très bon résultat en Pologne. Je voudrais bien produire un bon film commercial - un film dont je serais vraiment content et dont je n’aurais pas honte. Mais je constate qu’il est vain de concurrencer de grandes productions commerciales, comme celle des Américains. La force des productions cinématographiques européennes se trouve dans un cinéma d’un autre niveau, d’une autre qualité.

Vous êtes l’un des producteurs choisis par European Film Promotion (EFP) pour prendre part à l'initiative Producers on the move. Les contacts avec les producteurs étrangers ne sont pourtant rien de nouveaux pour vous.
La participation à cette initiative est pour nous vraiment primordiale car la recherche de partenaires est un point très important dans notre activité. Nous avons d’ailleurs réalisé nos derniers films en coproductions: My name is Justine de Franco de Pena avec le Luxembourg, Maestro de Piotr Trzaskalski avec l’Allemagne. Notre nouvelle production Lekcja Pana Kuki de Dariusz Gajewski est coproduite avec l’Autriche, avec le soutien d’Eurimages.
Mais il est vrai que le nombre de coproductions réalisées avec la Pologne est toujours bas, ce qui s’explique par le manque de sources de financement dans notre pays. Il faut espérer que, grâce à l’Institut Polonais du Cinéma, la situation des producteurs polonais va changer.

Lisez la biographie

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.