email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Kevin Janssens • Acteur

Shooting Star 2007 - Belgique

par 

Kevin Janssens • Acteur

A 27 ans, Kevin Janssens est diplômé du très fameux Studio Herman Terlinck depuis 2003. Lors de sa dernière année, l'un de ses professeurs, le réalisateur Guido Henderickx le choisit pour le rôle principal d'une série télévisée prestigieuse, King of the World. Pendant deux ans, il s'entraîne pour interpréter un champion de boxe, avant d'embarquer pour Cuba où la série se tourne. Une version cinématographique de la série est sortie l'année dernière ainsi que le grand succès du box office belge, Storm Force d'Hans Herbots (lire la news). En plus de la télévision et du cinéma, la Shooting Star belge continue d'arpenter les planches du théâtre et repart en tournée avec l'Onéguine de Pouchkine. Enthousiaste mais modeste, Kevin Janssens a la tête sur les épaules, envie de cinéma et d'apprendre son métier.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Cineuropa : Qu'est ce qui vous a poussé à faire ce métier ?
Kevin Janssens : Je me souviens que cela a commencé quand j'étais très jeune. Je devais avoir 10 ou 12 ans. Mes parents avaient acheté un magnétoscope pour voir des films. J'avais déjà vu des films à la télévision mais c'était la première fois que je voyais une cassette vidéo. Et je me souviens m'être dit "Je veux vraiment faire ça". Le film m'a emporté ailleurs, dans un monde entièrement nouveau, et tellement réel, j'étais totalement dedans ! C'était incroyable. Je ne me souviens pas du film en question (rires), j'étais trop absorbé. Et mes parents m'ont dit qu'ils allaient me soutenir.

Vous êtes déjà une star en Flandres. Vous avez travaillé pour la télévision mais aussi pour le théâtre et le cinéma. Comment voyez vous l'avenir, de quoi avez vous envie ? Des trois formes de jeux ?
Pour le moment, parce que cela me fascine, le cinéma est le plus important pour moi. Et je travaille au théâtre, oui. Mais en Belgique, La télévision et le cinéma n'ont pas les mêmes capacités que les Etats-Unis. Une série entière coûte ici le salaire d'un acteur pour un épisode là bas (rires). D'une certaine manière, j'ai eu de la chance de commencer au cinéma dans ces deux films. Mais je ne me vois pas comme une star. J'essaie juste de faire mon travail du mieux que je peux.

Comment avez-vous travaillé ces deux rôles pour le cinéma ?
Si j'interprète un boxeur, je crois qu'il est de ma responsabilité d'agir comme un boxeur. C'est important de trouver la technique, comment on vit, comment on bouge comme on est un boxeur. Je me suis beaucoup entraîné pour ce rôle, j'ai pris des cours trois fois par semaine pendant deux ans, j'ai surveillé mon alimentation, ma vie. J'ai eu beaucoup de plaisir à jouer ce rôle mais c'était difficile. Et Storm Force était un rôle difficile aussi. Très physique. Nous sommes allés tourné une semaine au Studio Pinewood à Londres, où ils ont tourné le Da Vinci Code ou le dernier James Bond… Cela a été la semaine la plus dure du tournage ! La plus excitante, la plus passionnante mais la plus fatigante (rires!)

Qu'est ce que signifie pour vous cette nomination aux Shooting Stars et qu'en attendez vous ?
Très honnêtement, je n'en attends pas grand-chose. Attention, je suis très heureux d'aller à Berlin, de rencontrer des collègues, d'apprendre et d'échanger autour de nos métiers, de nos cinémas et de nos expériences. Mais je ne me dis pas que ma carrière va commencer là. Non, pas du tout. J'espère que j'aurais des conversations intéressantes avec des directeurs de castings et des agents. Mais je ne veux pas en attendre trop de choses, et je préfère faire attention à mes attentes. Et je vais pour la première fois à Berlin, pour la première fois au Festival. Je suis très curieux. Et puis je n'ai joué que dans deux films, j'ai tout à apprendre. Je dois encore grandir.

Qu'est ce que représente pour vous le "cinéma européen" ?
Un cinéma de grande qualité. L'Europe a les plus grands festivals, de merveilleux films et de grands réalisateurs. Mais pas assez d'attentions. J'espère qu'elle en aura de plus en plus.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.