email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2009 SIC / France

Rien de personnel : jeu de rôle cruel pour le management

par 

Rien de personnel : jeu de rôle cruel pour le management

"C’est mal, ô trahison, d’inspirer la folie en gardant la raison" : quand le dirigeant d’une entreprise chante cette chanson du XIXème siècle à ses cadres réunis pour une soirée de formation sous forme de jeu de rôle, l’étrangeté est au rendez-vous. C’est sur cette tonalité intrigante, subtile et acide que Rien de personnel [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Mathias Gokalp, réalisateu…
fiche film
]
de Mathias Gokalp a ouvert hors compétition jeudi soir la 48e Semaine Internationale de la Critique se déroulant dans le cadre du festival de Cannes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Porté par des interprètes impeccables incluant Jean-Pierre Darroussin, Denis Podalydès, Mélanie Doutey, Pascal Greggory, Zabou Breitman et le Belge Bouli Lanners, ce premier long métrage se révèle une redoutable mécanique de précision scénaristique (script cosigné par le cinéaste et Nadine Lamari). Construit en trois parties ("Le Nouveau", "La vie conjugale" et "Tous ensemble"), le film organise un chassé-croisé entre huit personnages : un comédien donnant incognito la réplique aux cadres évalués sur leurs capacités à "devenir des chefs plus performants", un patron sur le point de vendre la société et préparant en secret un plan de licenciement, un syndicaliste de bonne volonté dépassé par les événements, une manager angoissée d’échouer aux tests épaulée par son juriste de mari, une organisatrice mise en difficulté par l’ivresse de son époux mécanicien, et un membre du personnel de nettoyage profitant de la confusion pour endosser le costume d’un cadre dirigeant.

De conversations à deux en secrets dévoilés sur l’avenir de l’entreprise ou la fragilité des individus, Rien de personnel tisse une toile mêlant comédie et critique sociologique de l’entreprise moderne. Du vocabulaire caricatural managérial à la précarité des carrières en passant par le cynisme ambiant (- "Je sais défendre mon territoire" – "Et en cas de crise ? " - "Je mords !" - "Et les autres ? " – "Quels autres ? "), le film transforme ses protagonistes en pions sur un échiquier. Mais il distille aussi une bonne dose d’humour réjouissant fondée sur les quiproquos nés du jeu de rôle et il réussit à transmettre une certaine tendresse pour les travers des personnages (maladresse, doute, infidélité, mensonge…).

Tourné au Musée des Beaux-Arts de Chartres, ce petit théâtre intérieur n’hésite pas à repasser des bouts de scènes déjà vues mais à chaque fois légèrement différentes ou reçues par le spectateur avec une compréhension plus vaste de l’ensemble. Un emboîtement assez virtuose touchant avec légèreté à de nombreuses thématiques qui démontre la science de l’intrigue d’un cinéaste de 35 ans qui concourt à Cannes pour la Caméra d’Or.

Produit par Karé Productions, Rien de personnel sera distribué dans les salles françaises par Rezo alors que les ventes internationales sont assurées par MK2.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy