email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Belgique

Retour au pays pour Hande Kodja, dans Marieke, Marieke ! de Sophie Schoukens

par 

Retour au pays pour Hande Kodja, dans Marieke, Marieke ! de Sophie Schoukens

Une fille de vingt ans, qui a grandi trop vite, et qui recherche dans les bras d’hommes d’âge mûr un père mort prématurément, et celle d’une femme qui ne sait plus comment aimer, ainsi sont les héroïnes de Marieke, Marieke !, le premier long métrage de Sophie Schoukens, dont le tournage s’est achevé le 29 mai dernier. Le film, qui emprunte son titre à l’unique chanson bilingue de Jacques Brel, est une production belge dans le double sens du terme, soutenu à la fois par le Centre du Cinéma de la Communauté française de Belgique, et le Vlaams Audiovisueel Fonds.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Initié par Sophimages à Bruxelles, il est coproduit par Pallas Films ( Irina Palm [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sam Garbarski
interview : Sébastien Delloye
fiche film
]
, Tulpan [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) en Allemagne, où il a reçu le soutien du Mitteldeutsche Medienförderung. Il marque le retour au pays de la jeune comédienne belge Hande Kodja, qui après avoir étudié à Paris, s’est illustrée dans Meurtrières [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Patrick Grandperret, ou encore dans Capitaine Achab [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
ou Une affaire de famille [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
. Elle est entourée du solide Jan Decleir, figure incontournable du cinéma flamand, récemment vu dans Soeur Sourire [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, et que l’on verra bientôt dans Les Barons (Nabil Ben Yadir), ou encore de Barbara Sarafian, la révélation de Aanrijding in Moscou [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, que l’on reverra quant à elle dans Meisjes (Geoffrey Enthoven).

Dans la foulée de leurs illustres aînées belges, comme Marion Hänsel ou Chantal Ackerman, ce nouveau projet vient confirmer la remarquable et remarquée percée des réalisatrices flamandes. Leurs histoires scrutent souvent l’intimité féminine, de l’enfant solitaire de Lost Persons Area [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Caroline Strubbe à la jeune femme qu’est Marieke, en passant par la fugueuse disparue et fantasmée du Unspoken [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Fien Troch, ou encore la préado de My Queen Karo de Dorothée van den Berghe, qui devrait bientôt sortir. Autre point commun, leur présence dans les festivals internationaux, récemment à la Semaine de la Critique, ou encore à Venise, Toronto ou San Sebastian : les paris sont ouverts pour Marieke, Marieke !.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy