email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SORTIES Italie

Pieraccioni & Marilyn

par 

Pieraccioni & Marilyn

Comme le héros du dernier Ken Loach, le Gualtiero Marchesi (“je suis comme le chef, mais ce n'est pas moi qui ai fait la cuisine", d'ailleurs il travaille dans l'entretien des piscines) de Io & Marilyn [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, nouvelle comédie de Leonardo Pieraccioni, est un homme qui traverse une crise et reçoit l'aide, et les visites régulières, d'une légende.

Dans Looking For Eric [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Cannes 2009 Ken Loach
interview : Steve Evets - acteur
fiche film
]
, c'est Éric Cantona qui conseille le héros ; ici c'est carrément Marilyn Monroe (interprétée par son sosie, Suzie Kennedy) qui, invoquée lors d'une séance de spiritisme, prend vie dans le salon florentin de Gualtiero, quoiqu'il soit le seul à pouvoir la voir. D'abord éberlué, ce dernier comprend vite que la star de Certains l'aiment chaud va pouvoir l'aider dans ses mésaventures sentimentales de mari abandonné – sa femme (interprétée par Barbara Tabita, qui jouait déjà l'épouse divorcée du comique toscan dans Ti amo in tutte le lingue del mondo) l"a quitté pour un dompteur de tigres surnommé "l'étalon du Pausilippe – et de père d'une fille adolescente.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

“Je réalise avec ce film un rêve, explique Pieraccioni (qui a composé le scénario avec Giovanni Veronesi, auteur du sujet et quelque peu déçu de l'avoir cédé à son ami et associé), celui de dire à Marilyn que je l'aime beaucoup. Le film est un hommage à cette femme quintessentielle dans l'imaginaire masculin, mais il traite aussi de thèmes comme les familles recomposées et les couples de facto, homosexuels ou pas". Le réalisateur fait ici allusion au couple que forment les meilleurs amis de Gualtiero, les deux pâtissiers gays de la "boutique du cannolo joyeux" (roulé à la crème pâtissière d'origine sicilienne dont la forme suggestive est loin d'être un hasard) incarnés par Luca Laurenti et Massimo Ceccherini, hélas sous-exploités dans le film, comme une grande partie des acteurs secondaires, de Francesco Pannofino à Rocco Papaleo).

Ici, pas de clins d'oeil à l'actualité ni d'éléments satiriques ou transgressifs : Pieraccioni, peut-être plus nostalgique que de coutume ("j'ai 45 ans, dit-il, et je me sens plus fragile, je n'ai plus l'audace que j'avais à l'époque d'Il ciclone”, ce que Veronesi confirme : “Leonardo est plus mature ; ses gags sont plus structurés"), est depuis toujours le héraut d'un style de comédie des plus relaxants et cette fois, il va même jusqu'à terminer son film par un éloge à la normalité ("il faut plus de courage pour aller travailler tous les matins que pour fourrer sa tête dans la gueule d'un tigre").”

Io & Marilyn, produit par Levante et Medusa Film, qui le lancera dans les cinémas italiens le 18 décembre sur 650 copies, dont 50 numériques, sera ainsi en bonne position pour faire concurrence au traditionnel film de Noël italien, Natale a Beverly Hills.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy