email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

Compétition - L’homme du train

par 

- Deux hommes aux vies profondément différentes forment le couple imrpobable d'amis du nouveau film de Patrice Leconte

Compétition - L’homme du train

Une gare, une ville de province, deux hommes, deux vies opposées mais toutes deux solitaires, où le désir de changement est encore fort.
Le nouveau film de Patrice Leconte, L’homme du train, en compétition dans la section «Venise 59». Une histoire intense racontée à travers le quotidien de deux personnages crépusculaires, interprétés par le français Jean Rochefort et la rockstar Johnny Hallyday, aux prises avec leurs solitudes et leurs regrets. Rythmé par les vers d’un beau poème de Guillaume Apollinaire, le film du réalisateur français s’approche du cœur des hommes, qui après s’être fortuitement rencontrés à la sortie d’une pharmacie, établissent un curieux rapport d’amitié à travers lequel ils pourront, pour quelques instants, avoir l’illusoire impression qu’une autre vie est possible. «Faire du cinéma signifie surtout respect – a dit Leconte – pour faire des films il faut respecter les personnages, les lieux, les lumières. Je serais peut-être modeste, mais j’ai toujours travaillé comme ça».
Et le portrait de ce ‘couple étrange’ est extraordinaire : trop âgés pour changer de vie, mais encore capable de se respecter et se considérer un bien précieux. En marche sur les voies d’un destin fatal,ils affrontent leur quotidien en riant d’eux-mêmes et en réalisant en chaque instant la difficulté de traiter avec la vie et avec ses propres choix, et qu’il est inutile de regretter sans sourire. «L’auto-ironie est la chose la plus importante dans la vie. Encore plus que l’ironie. Personne ne devrait se prendre au sérieux». Une rencontre improbable que Leconte, en parfait alchimiste, invente pour l’écran. «L’origine de l’histoire que je voulais raconter a été dans la rencontre des deux acteurs que j’ai réuni – a poursuivi le cinéaste – le cinéma naît des rencontres, des échanges d’idées et de pensées. C’est bien sa beauté : rapprocher deux univers et faire en sorte qu’ils s’accordent». Une rencontre de laquelle naît une musique parfaite, orchestrée avec une légèreté calibrée et une mélancolie déchirante.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie
(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy