email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE Espagne

Un lundi pas comme les autres pour le cinéma catalan

par 

Hier devait être un jour de fête pour le cinéma catalan, à l'occasion de la 2ème édition des Prix Gaudí, équivalent local des Goya, mais la journée s'est avérée assez inconfortable à cause de la grève des cinémas organisée dans le cadre du conflit entre les pouvoirs locaux, d'une part, et les distributeurs et exploitants d'autre part autour des quotas de doublage en catalan (lire l'info). L'affrontement en question est en train de prendre une tournure dangereusement politique, et ce contre la volonté des professionnels du secteur, du fait de la démagogie de certains hommes politiques.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

75% des cinémas de la région (soit 576 sur 790) ont participé à la grève demandée par l'Union des entreprises de cinéma de Catalogne pour protester contre la nouvelle Loi sur le cinéma qui imposerait de doubler la moitié des copies des films en catalan (à l'exception des films dont la version originale est en catalan ou en espagnol et des titres européens lancés sur moins de quinze copies).

Au lieu de stimuler un débat sur les pour et les contre de la mesure envisagée, la situation a dégénéré et plusieurs cinémas en grève ont été recouverts d'inscriptions (comme "ce cinéma marginalise le catalan") incitant au boycott et dénonçant la soi-disant aversion des exploitants concernés pour la langue catalane.

La seule note positive aura été, le soir venu, la remise des Gaudí par l'Académie de cinéma de Catalogne. Les grands gagnants sont Mar Coll avec son premier film, Tres días con la familia, qui a remporté les prix du meilleur film en catalan, de la meilleure réalisation et de la meilleure actrice (Nausica Bonnin), ainsi que Isaki Lacuesta, lauréat du prix du meilleur film en langue non-catalane pour Los condenados et de celui du meilleur documentaire pour Garbo, el hombre que salvó al mundo, qu'il a co-réalisé avec Edmon Roch et María Hervera.

Par chance, le gala s'est passé sans heurt ; on s'est concentré exclusivement sur le cinéma sans évoquer de nouveau la dure journée de grève.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy