email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS Estonie

The Temptation of St. Tony donne un éclat nouveau au surréalisme "classique"

par 

The Temptation of St. Tony donne un éclat nouveau au surréalisme "classique"

The Temptation of St. Tony [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Veiko Õunpuu, projeté dans le cadre de la compétition "East of the West" de Karlovy Vary, est une fascinante méditation sur le bien et le mal qui pourrait choquer les bonnes personnes.

Õunpuu continue ici de plus belle (après Autumn Ball [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) d'explorer l'aliénation et l'hostilité de notre société moderne, mais il libère cette fois complètement son imagination. Dans les remerciements du générique de fin, on trouve le nom de Luis Buñuel, dont l'influence sur le film est en effet évidente.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

The Temptation of St. Tony, superbement tourné en noir et blanc par Mart Taniel, s'ouvre sur les premiers vers de la Divine comédie de Dante, ce qui suggère un parcours de l'âme. L'âme en question est celle de Tony, patron d'usine qui roule en Bentley. Après l'enterrement de son père, Tony dérive de sa vie bourgeoise à un monde de honte et de dépravation que la classe moyenne ignore volontairement, suggère Õunpuu.

Le dégoût de l'humanité de Tony s'exprime dans une mise en scène d'Oncle Vania de Tchekhov ("Les paysans sont pareils, tous, arriérés, ils vivent dans la crasse, et les gens cultivés, il est difficile de s'entendre avec eux"). Son mariage est un échec. Il part alors à la quête de Dieu, mais l'homme qu'il trouve a aussi perdu la foi. Il tombe ensuite amoureux d'une fille, mais elle est enlevée. En se partant à sa recherche, il trouve sur son chemin un cabaret comme sorti de l'Enfer baptisé Das Goldene Zeitalter (de L'Âge d'or de Buñuel). Il s'échappe, mais il y a laissé sa raison et, comme le suggère l'épilogue, son âme.

The Temptation of St. Tony est riche en références et hommage, ce qui réjouira les cinéphiles. Joueur malgré sa sombre imagerie, le film fait passer son amère perception de l'humanité avec de généreuses doses d'humour. Taavi Eelmaa (Autumn Ball) est excellent dans le rôle de Tony le torturé ; les apparitions de Rain Tolk, Sten Ljungren et Denis Lavant sont également remarquables.

The Temptation of St. Tony a été coproduit par la société estonienne Homeless Bob Production avec Bronson Club (Finlande) et Atmo (Suède). Les ventes internationales du film sont assurées par Level K.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy