email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Royaume-Uni

Never Let Me Go à Londres

par 

Never Let Me Go à Londres

Le 54ème Festival BFI de Londres (13-28 octobre) a démarré en fanfare : les salles étaient combles pour les projections de Never Let Me Go [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Domhnall Gleeson
fiche film
]
de Mark Romanek, en avant-première européenne sur l'iconique Leicester Square.

Comme c'est désormais la tradition, parallèlement à la projection de gala, avec tapis rouge, une autre séance a été organisée pour les membres du BAFTA, qui vont sans doute le garder à l'esprit pour les prochaines nominations, probablement dans toutes les grandes catégories. Le film, tiré du roman éponyme de l'écrivain britannique d'origine japonaise Kazuo Ishiguro, a été scénarisé par Alex Garland (Sunshine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : AndrewMacdonald
interview : Danny Boyle
fiche film
]
). Le résultat est un chant funèbre pénétrant qui réunit le meilleur du cinéma en costumes à l'anglaise et des thématiques de science-fiction, sinistres et singulières dans ce contexte.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

En effet, on s'attend peu à aborder, sur fond de résidences de bord de mer, le thème des clones conçus uniquement en vue de dons d'organes, mais ce récit réunissant les imaginations de Romanek, Garland et Ishiguro y parvient parfaitement, sans pour autant faire passer cette trame apparentée à la science-fiction avant l'élément humain.

Lors de la rencontre avec le public qui a suivi la projection, l'Américain Romanek a dit qu'il ne s'était jamais senti étranger, bien que l'oeuvre soit archétypiquement British, car il a étudié et vécu au Royaume-Uni.

Carey Mulligan, Keira Knightley et Andrew Garfield nous livrent ici des performances puissantes. Son rôle a plu à Mulligan parce que son personnage a la fonction de l'observateur souvent silencieux qui fait avancer le récit. Quant à Knightley, c'est le côté antipathique de son personnage qui l'a intéressée. Interrogé sur le fait que les personnages n'essaient pas de fuir leur destin, Ishiguro a précisé que ce qui l'intéressait n'était pas de raconter une autre histoire où l'on échappe à la mort, mais de prendre ses personnages au piège dans une situation donnée et de voir comment il réagissent.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy