email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2011 Belgique

De l’enfer de Bagdad au purgatoire de la nuit kinoise : la Belgique à Berlin

par 

De l’enfer de Bagdad au purgatoire de la nuit kinoise : la Belgique à Berlin

La sélection berlinoise vient une fois encore souligner l’éclectisme de la production audiovisuelle belge. Déjà présenté au Sundance, The Devil’s Double [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Lee Tamahori remporte haut la main le titre du projet en provenance du plat pays au curriculum le plus improbable: un film sur l’Irak des années 80, tourné à Malte, par un réalisateur néo-zélandais, avec un acteur anglais et une actrice française, le tout produit par une société belge ! The Devil’s Double est l’adaptation de l’autobiographie de Latif Yahia, garde du corps engagé pour servir de doublure à Uday Hussein, l’odieux fils du défunt dictateur. Corsan, société spécialisée dans les projets internationaux en langue anglaise, est à la production, avec la participation de Corrino (Pays-Bas). Le film est sélectionné au Panorama.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Sur un autre continent, Riva plonge à corps perdu dans la nuit kinoise. Il a soif, soif d’alcool, de dollars et de belles métisses. Djo Munga ne veut plus entendre qu’on ne peut pas faire de film au Congo. Après un premier moyen métrage réussi (Papy), il livre avec Viva Riva ! [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
un thriller décomplexé, véritable ode à Kin la belle, ses trafics interlopes et ses héros noctambules. La fraîcheur du casting est pour beaucoup dans la réussite du projet, porté par Suka ! au Congo, par MG Productions pour la Belgique, et Formosa pour la France. Après le festival de Toronto, le film est présenté au Forum. On y retrouvera également Territoire Perdu (Cobra Films), un documentaire de Pierre-Yves Vandeweerd sur le mur qui défigure le Sahara occidental.

Retour en Belgique avec dans la section Generation Kplus, le nouveau film des frères Ringer (Olivier à la réalisation et Yves à la production), un film de famille en famille pour la famille, A pas de loup. Et dans la Panorama, le premier long de Michael Roskam, Rundskop [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Bart Van Langendonck
interview : Michaël R. Roskam
fiche film
]
, une plongée sans concession au cœur de la mafia belge des hormones, produit par Savage Films et Eyeworks, avec la collaboration d’Artemis, et le soutien du VAF, du CCA et de Bruxellimage. C’est le premier film flamand sélectionné au Panorama depuis 10 ans. Le film, qui sortira dans les salles belges la semaine prochaine, est vendu par Celluloid Dreams.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.