email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Suisse

Best Intentions : Trop subjectif pour attirer beaucoup de spectateurs ?

par 

Best Intentions : Trop subjectif pour attirer beaucoup de spectateurs ?

Best Intentions [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le deuxième long métrage d'Adrian Sitaru (après Hooked [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Adrian Sitaru
fiche film
]
, sélectionné aux Journées des auteurs-Venice Days en 2008), est un des deux films roumains en compétition cette année à Locarno. Il raconte l'histoire d'Alex (Bogdan Dumitrache), un jeune homme accompli dont la vie tourne au cauchemar quand sa mère est envoyée dans un hôpital de province après une crise cardiaque. Dans son effort pour bien s'occuper d'elle, Alex est amené à se rendre compte que le chemin de l'Enfer est pavé de bonnes intentions.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
Cineuropa Survey 2020

Le jeune homme, entouré par sa famille et ses amis, reçoit de nombreux conseils sur la manière de prendre soin de sa mère, et il a lui-même des avis tranchés sur la question. Sitaru s'intéresse d'ailleurs principalement aux idées et convictions de son personnage. Best Intentions s'inspire en effet de son expérience personnelle et cette approche subjective est soulignée par un procédé un peu facile et probablement inutile, à savoir des angles de prise de vue subjectifs, comme dans son premier long métrage.

Dans le cas de Hooked, on se faisait volontiers au procédé, car la photographie d'Adrian Silisteanu y était très naturaliste (la caméra bougeait autant que les yeux des personnages), mais il n'en va pas exactement de même avec Best Intentions. Comme Alex est constamment le centre de l'attention, la caméra n'épouse que les points de vue des gens qui l'entourent.

Le problème est que cette manière de filmer n'est pas utilisée tout au long du film. Chaque fois qu'on passe d'un angle subjectif à un plan normal, la magie disparaît et l'artificialité des choix artistiques du réalisateur devient évidente. Comme l'émotion ne passe pas, le spectateur est bien conscient qu'il est devant un film. Certaines scènes sont assez puissantes (notamment celle où on voit un Alex dépassé par les événements à travers le regard de sa mère, à la fin du séjour de cette dernière à l'hôpital), mais d'autres ne sont pas réussies, comme quand on suit Alex à travers les couloirs de l'hôpital à travers les yeux de son père (Marian Ralea).

Le sujet de Best Intentions a beau être tragique, le film laisse une place à l'humour, en particulier lié à la présence de nombreux visiteurs et amis. Sitaru, qui est aussi le scénariste et le producteur du film, a un grand talent pour les dialogues et la satire, de sorte qu'on rit plusieurs fois des bavardages des personnages.

Le point fort du film sont ses acteurs : Bogdan Dumitrache (The Portrait of the Fighter as a Young Man [+lire aussi :
critique
fiche film
]
) est parfait dans le rôle d'Alex et Natasa Raab est bouleversante dans celui de la mère. Les autres interprétations sont aussi de bonne qualité, nonobstant le fait que certains des comédiens, ne sachant pas toujours où diriger leurs regards, semblent parfois mal à l'aise.

Sitaru n'en est pas àsa première présence à Locarno. Il y a quelques années, son court métrage Waves y a remporté le premier prix dans le cadre de la section Léopards de demain.

Best Intentions a été produit par HiFilm (Roumanie), Cor Leonis Films (Hongrie) et la société de Sitaru, 4Proof Film. En 2008, le projet a bénéficié d'une aide d'environ 125 000 € de la part du Centre national de la cinématographie roumain. Il a ensuite reçu 110 000 € de la part d'Eurimages. Le budget du film s'est monté en tout à 800 000 €. Les ventes internationales de Best Intentions sont assurées par Films Boutique. Le film arrivera sur les écrans roumains en octobre, distribué par Parada Film, qui est une branche de HiFilm.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.