email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2011 Compétition

Satrapi et Paronnaud vont derrière la caméra pour Poulet aux prunes

par 

Satrapi et Paronnaud vont derrière la caméra pour Poulet aux prunes

Bien que le dessin reste présent dans Poulet aux prunes [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le deuxième long métrage de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud après le célèbre film d'animation primé à Cannes Persepolis [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Marc-Antoine Robert
interview : Marjane Satrapi, Vincent P…
fiche film
]
, ce nouveau titre est principalement constitué d'images filmées, avec Mathieu Amalric, Maria De Medeiros, Golshifteh Farahani et Isabella Rossellini dans les rôles principaux parmi une troupe vraiment internationale.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Comme Persepolis, qui explore l'enfance de Satrapi en Iran puis son arrivée en Europe, Poulet aux prunes s'inspire de faits réels. L'histoire de Nasser-Ali (Amalric), violoniste de talent qui veut mourir après que sa femme (De Medeiros) ait cassé son instrument, vient d'un roman graphique conçu par Satrapi à partir de la vie de l'oncle de sa mère, lui-même musicien. Les événements du film se passent en Iran il y a un demi siècle, mais on s'intéresse au passé ainsi qu'au futur des personnages, dans un mélange de styles coloré entre animation et images filmées.

Le duo Satrapi-Paronnaud s'intéresse de nouveau principalement à la condition de l'artiste. Le public découvre vite comment Nasser-Ali est devenu si talentueux (amour et douleur font partie des ingrédients de ce talent) et comment sa position d'artiste rend son intégration dans la société et dans une vie de famille normale difficile. Mort, amour, destin, chagrins et rêves jalonnent le cercle complet que forme la vie de Nasser-Ali. Non que le scénario de Poulet aux prunes soit lui-même en forme de cercle : l'aventureuse existence du personnage et ses huit derniers jours sont marqués par un chaos qui donne au spectateur l'impression de regarder une succession de courts métrages à laquelle manque la continuité nécessaire pour aborder des thèmes aussi importants et brûlants.

Satrapi et Paronnaud ont manifestement mis davantage l'accent sur la forme que sur la substance du film. Les images sont superbes et les acteurs formidables – Amalric en artiste apparemment égoïste, De Medeiros en épouse désabusée et Isabella Rosselini en énergique chef de famille. Ce dynamisme, ces intéressants personnages et les magnifiques décors peints promettent de séduire nombre de spectateurs et inscrivent Poulet aux prunes parmi les candidats sérieux pour l'Osella de la contribution technique à Venise.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy