email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2011 Compétition

Quando la notte, un drame familial dans les Alpes

par 

Quando la notte, un drame familial dans les Alpes

Le deuxième film italien en compétition à la Mostra de Venise, Quando la notte [+lire aussi :
bande-annonce
making of
fiche film
]
de Cristina Comencini, a été accueilli froidement par la presse – les scènes les plus dramatiques ont même provoqué quelques rires.

Le film, tiré d'un roman écrit par la réalisatrice, aborde le thème de la maternité, des sentiments mélangés que peut ressentir une mère pour son enfant et des rapports de couple en présence d'enfants encore petits.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
LIM Internal

Marina (Claudia Pandolfi) arrive à la montagne, où elle doit passer un mois de vacances avec son fils de deux ans, Marco. La maison où elle loge appartient à Manfred (Filippo Timi), un guide de haute montagne qui aime la solitude. Le petit Marco pleure hélas souvent et Marina n'en peut plus, si bien qu'une nuit, quand un accident domestique survient, Manfred l'interprète comme un geste de violence de la mère sur le bambin. La confrontation qui s'ensuit entre l'homme et sa locataire va mettre à nu des blessures récentes et anciennes et rapprocher les deux personnages. Marina a un mari exigeant qui ne la soutient pas dans son rôle de mère et Manfred a de vieux souvenirs d'abandon de la part de sa mère à lui, qui s'est enfuie avec un étranger, laissant Manfred et ses frères seuls avec leur père.

Cristina Comencini, dont le cinéma scrute les zones d'ombre de la famille (notamment dans La bestia nel cuore [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, réalisé en 2005), présente d'abord le film comme un thriller puis le transforme en drame sentimental qui cite explicitement, dans une scène, Le Docteur Jivago. Les pentes vertigineuses du Mont Rosa servent de toile de fond à deux solitudes qui se heurtent, se reconnaissent l'une l'autre puis s'attirent. Certains choix narratifs et dialogues ne parviennent hélas pas à soutenir la tension émotive et Filippo Timi, acteur magnifique qui dit son texte avec des trémolos, échappe souvent au contrôle de la réalisatrice.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.