email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ÉDITORIAL

L’Europe et ses artistes

par 

L’Europe et ses artistes

Le Président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso, reconnaissait récemment que notre époque « avait plus que jamais besoin du cinéma européen, porteur des valeurs européennes, d'un héritage culturel européen fait de siècles de créativité, de migrations et d'échanges, et de tout ce qui fait l'esprit européen: l’ouverture, le respect de l'autre et de la diversité. »

En tant que réalisateur, je reste fidèle à la pensée de Roger Planchon d’associer les artistes à l’Europe politique et économique afin qu’ils deviennent « de solides avocats de l'idée européenne. »

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le dialogue retrouvé avec les politiques européens, notamment avec Androulla Vassiliou, à Cannes en mai dernier autour des 20 ans du Programme MEDIA, laissait augurer de bons présages pour la prise en compte de la parole des réalisateurs. Malheureusement, aux prochaines Rencontres Cinématographiques de Dijon (du 20 au 22 octobre 2011 - lire la news), la présence des politiques européens, tant du côté exécutif que parlementaire, fait un peu défaut. En tant que Président de L’ARP, j’interpelle à nouveau les politiques européens et les dirigeants des Etats membres en leur demandant de solliciter les artistes.

Il n’est pas trop tard pour faire de la politique culturelle européenne un des fers de lance de la politique commune : l’Europe a joué un rôle fondamental au moment où naissait la convention internationale de l’Unesco sur la diversité culturelle, elle doit poursuivre son combat pour une culture toujours plus ouverte, empreinte des idées venant de toute l’Europe et au-delà.

Les règles du marché, notamment la promotion de la concurrence, ne doivent pas être les règles dominantes d’interprétation de l’efficacité d’une politique publique culturelle. Si les aides publiques ont permis à l’Europe de produire près de 1200 films par an, elles doivent aujourd’hui renforcer et soutenir la circulation de ces films à travers toute Europe. En premier lieu dans les salles de cinéma bien sûr, mais aussi sur les plates-formes numériques et sur les chaînes de télévisions.

L’Europe doit pouvoir s’enorgueillir de trouver désormais des moyens financiers pour les projets ambitieux de ses cinéastes les plus prestigieux ; elle doit être perçue comme une chance, une opportunité et non comme une contrainte. Par le passé, certaines frontières géographiques et idéologiques ont laissé trop de cicatrices. La force du cinéma est de s’affranchir des replis faciles prônés par certains pour défendre leurs identités culturelles.

Développer un modèle culturel européen durable qui, peu à peu, pourra exercer une influence en dehors de l’Union, constituera le meilleur ciment entre les peuples européens.

L’art de vivre, vivre avec les arts, doivent constituer les deux piliers d’un pacte européen refondé.

(Jean-Paul Salomé est le président de L’ARP - Société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy