email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS Espagne

Balagueró revient au thriller classique avec Mientras duermes

par 

Balagueró revient au thriller classique avec Mientras duermes

C'était un des films qui suscitaient le plus d'impatience au 44ème Festival de Sitges et le public n'a pas été déçu, à en juger sa réaction enthousiaste. Mientras duermes [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le nouveau film de Jaume Balagueró ([REC] [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jaume Balagueró, Paco Plaza
interview : Julio Fernández
fiche film
]
), est une incursion intimiste dans la terreur domestique et quotidienne, pire que les démons surnaturels parce que contrairement aux esprits, elle prend forme humaine, elle est palpable, et peut se trouver juste derrière la porte.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

C'est littéralement ce qui arrive dans Mientras Duermes : le danger est ici César (Luis Tosar), gardien d'un immeuble de Barcelone dont les nombreux habitants sont presque tous ravis des maints services qu'il leur rend et ignorent tout de la haine chronique que César ressent pour le monde en général et ses voisins en particulier. Ils sont loin d'imaginer que tous les petits tracas qui assombrissent leur quotidien sont le fait de leur concierge, qui a accès à tous les étages et n'hésite pas à en profiter sans autorisation des résidents. Ce qui semble commencer comme une satire sur les effets néfastes de la frustration personnelle (l'histoire d'un homme qui "n'arrive pas à être heureux") devient vite, dans ce scénario signé par Alberto Marini, le portrait d'une perversité sans bornes qui parmi tous les voisins, choisit une victime : la lumineuse Clara (Marta Etura).

Balagueró prouve de nouveau son talent de cinéaste de genre. Il use de tous les mécanismes et codes du thriller pour construire, en huis clos (presque toutes les scènes se passent dans l'immeuble, en particulier aux étages de Clara et César), un film à suspense classique, sans en négliger pour autant la psychologie des personnages. Le ton assez traditionnel de certaines scènes contrebalance et exacerbe la tension et la froideur d'autres scènes, mais toutes ces scènes ont en commun un Luis Tosar sombre auquel s'applique à la perfection le célèbre mot de Mae West : quand il est bon, il est bon, mais quand il est méchant, il est encore meilleur. À côté de lui, Marta Etura projette un optimisme que le concierge tente d'anéantir, tandis que la jeune Iris Almeida devient pour le héros tourmenté une rivale inattendue mais amusante.

Mientras duermes, produit par Julio Fernández pour Filmax, est un des gros titres espagnols de cet automne. Il va sortir ce 14 octobre et promet de rivaliser avec le succès des deux premiers Rec, co-réalisés par Balagueró en 2007 et 2009.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.