email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Allemagne

Hof, là où le cinéma est chez lui depuis 45 éditions

par 

Hof, là où le cinéma est chez lui depuis 45 éditions

Le 45ème Hof International Film Festival (25-30 octobre) débute aujourd'hui, avec au programme 74 longs métrages et 38 courts choisis parmi 3000 candidats, et comme toujours un accent sur les jeunes talents germanophones – qui donnent lieu à la remise des seuls prix parallèles disponibles en conclusion de ce festival non-compétitif que certains critiques internationaux qualifient de deuxième festival d'Allemagne après Berlin.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les Journées du cinéma de Hof ont commencé le 28 mai 1967 comme "le festival le plus petit du monde" (avec neuf films présentés en deux heures à 100 personnes), mais aussi un des plus libres, son fondateur et directeur jusqu'à ce jour Heinz Badewitz ayant préféré ne pas soumettre les films à la censure au préalable, quitte à ne pas obtenir de financements publics. Les films de la 2ème édition, tenue en mai 1968, ont de fait pour beaucoup choqué le public, mais dès l'année suivante, Hof a trouvé sa vocation de plateforme ouverte pour les jeunes cinéastes et reçu un soutien de la Ville. Hof, dont le nom pourrait être l'acronyme de "Home Of Films", a distingué depuis la création du Prix de la Ville de Hof en 1986 des talents comme Wim Wenders et Doris Dörrie.

On peut citer parmi les titres présentés cette année Die Farbe des Ozeans [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, deuxième long métrage de Maggie Peren après Stellungswechsel [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Black Brown White, premier long métrage de fiction du documentariste autrichien engagé Erwin Wagenhofer (après We Feed the World [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et Let's Make Money [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), le film primé à Karlovy Vary Crack in the Shell [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Christian Schwochow, Babycall [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Norvégien Pål Sletaune, le titre néerlandais Code Blue [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Urszula Antoniak, la saisissante tragédie française De bon matin [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Jean-Marc Moutout, La Guerre est déclarée [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Valérie Donzelli, le rafraîchissant Les Géants [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
interview : Bouli Lanners
fiche film
]
du Belge Bouli Lanners.

On note la belle présence dans la sélection du cinéma français (avec neuf longs métrages et cinq courts, plus des coproductions), mais c'est outre-Manche que nous transporte le portrait de l'année, consacré à David Mackenzie et constitué quatre courts et de ses sept longs métrages y compris le tout dernier, You Instead.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy