email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Italie

Festival de Rome : Favino écrasé de dettes dans L'industriale de Montaldo

par 

Festival de Rome : Favino écrasé de dettes dans L'industriale de Montaldo

Après les banques usurières d'Une vie meilleure [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Cédric Kahn
fiche film
]
et en attendant le film sur le crack de Lehman Brothers, Too Big To Fail, le Festival de Rome a évoqué la crise économique et le pouvoir écrasant des établissements de crédit à travers L'industriale [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, du réalisateur gênois Giuliano Montaldo (Sacco e Vanzetti). Le film, présenté hier hors-compétition, se passe dans un Turin glacial à la griserie exacerbée par la photographie blafarde d'Arnaldo Cantinari. Le héros est Nicola (Pierfrancesco Favino), un entrepreneur de quarante ans écrasé par les dettes et poursuivi par les banques qui décide de résoudre ses problèmes à tout prix, secondé par un avocat sans scrupules (Francesco Scianna).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

À partir de cette trame, le scénario, écrit par Montaldo et Andrea Purgatori, se plonge dans la vie privée de Nicola dont l'épouse, Laura (CarolinaCrescentini), est de plus en plus distante. Convaincu qu'elle a un amant, Nicola se met à la suivre en secret et découvre son amitié avec un garagiste roumain (Eduard Gabia), la seule personne capable de lui mettre le sourire aux lèvres. Les choses (son entreprise, son mariage, sa position sociale) semblent donc s'arranger une à une pour Nicola, mais il est trop tard : il a puisé dans ses ressources les plus néfastes et les conséquences ne vont pas manquer d'arriver.

Le film se déroule dans une ville paralysée par la crise où la circulation est réduite, les usines désertes et où l'on entend au loin des clameurs de protestation. "C'est une histoire comme tant d'autres sur le fait que la crise peut détruire l'individu, une photographie d'un moment historique", explique Montaldo qui, à 80 ans, répond à ceux qui lui demandent pourquoi le film n'est pas en compétition qu'il n'a plus l'âge. "Nous vivons une période terrifiante. Il suffit de faire un tour au nord pour voir combien de hangars restent vides", souligne le réalisateur. L'industriale, produit par Bibi di Angelo Barbagallo et Rai Cinema, sortira sur les écrans transalpins au début de l'année prochaine, distribué par 01, et "je suis hélas convaincu qu'il sera toujours d'actualité ", conclut Montaldo.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.