email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRIX Belgique

Bouli Lanners consacré par les Magritte

par 

Bouli Lanners consacré par les Magritte

Ce samedi 4 février se tenait à Bruxelles la 2ème édition des Magritte du cinéma, cérémonie de remise de prix destinée au public belge francophone. Regroupée au sein de l’Académie André Delvaux, la profession a donc choisi Bouli Lanners, intronisé nouveau prince du cinéma belge. Magritte du meilleur réalisateur et du meilleur film pour Les Géants [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
interview : Bouli Lanners
fiche film
]
(qui ont également récolté dans leur escarcelle les prix du meilleur second rôle féminin, de l’image, et de la musique), Lanners a débuté sa carrière comme acteur. Avec plus de 40 films à son actif, sa popularité remonte à ses participations aux Snuls, au début des années 90. Dès 1995, il passe derrière la caméra mais c’est en 2008, avec son 2ème long Eldorado sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes, qu’il rencontre le succès critique et public, faisant de lui une figure incontournable du cinéma belge. Ces Magritte viennent entériner ce statut.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’autre grand vainqueur de la soirée est le film flamand Bullhead [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Bart Van Langendonck
interview : Michaël R. Roskam
fiche film
]
de Michael Roskam, un adoubement en règle avec le prestigieux prix du scénario, le prix du meilleur montage, le prix de la meilleure coproduction flamande, et le Magritte du meilleur acteur, décerné à l’impressionnant Matthias Schoenaerts.

Mais la vraie surprise de la soirée, ce ne sont pas les gagnants, mais bien les perdants. A l’annonce des nominations, deux films belges présents en 2011 à Cannes tenaient la corde : Les Géants, donc, mais aussi Le Gamin au vélo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jean-Pierre et Luc Dardenne
fiche film
]
(qui y remporta d’ailleurs le Grand prix du jury). Or, si le jeune Thomas Doret a hérité de la statuette du meilleur espoir, confirmant s’il en était besoin l’incroyable talent des frères Dardenne quand il s’agit de dénicher de jeunes acteurs prometteurs, le film et ses deux réalisateurs sont étrangement repartis bredouille. D’aucuns s’interrogent : s’il n’est pas question de remettre en cause les prix reçus par Les Géants, on peut quand même penser que les professionnels belges ont préféré opter pour un renouvellement de la hiérarchie officieuse. Omniprésents, presque atypiques par la régularité et la qualité de leur production, les Dardenne semblent avoir hier soir éprouvé le dicton : " Nul n’est prophète en son pays ".

Meilleur réalisateur
Bouli Lanners - Les Géants
Meilleure actrice
Lubna Azabal - Incendies
Meilleur acteur
Matthias Schoenaerts - Bullhead
Meilleur film
Les Géants - Bouli Lanners
Meilleur film flamand en coproduction
Bullhead - Michael R. Roskam
Meilleur film étranger en coproduction
Les Emotifs Anonymes [+lire aussi :
bande-annonce
making of
fiche film
]
- Jean-Pierre Améris
Meilleur scénario original ou adaptation
Michael R. Roskam - Bullhead
Meilleure actrice dans un second rôle
Gwen Berrou - Les Géants
Meilleur acteur dans un second rôle
Jérémie Renier - Potiche [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]

Meilleur espoir féminin
Erika Sainte - Elle ne pleure pas, elle chante [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]

Meilleur espoir masculin
Thomas Doret - Le Gamin au vélo
Meilleure image
Jean-Paul Zaetijd - Les Géants
Meilleur son
Fred Meert, Hélène Lamy-Au-Rousseau et Emmanuel De Boissieu - La Fée
Meilleur montage
Alain Dessauvage - Bullhead
Meilleurs décors
Véronique Sacrez - Quartier Lointain [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sam Garbarski
fiche film
]

Meilleurs costumes
Claire Dubien - La Fée [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Dominique Abel, Fiona Gordon
fiche film
]

Meilleure musique originale
The Bony King of Nowhere de Bram Van Parys - Les Géants
Meilleur court-métrage
Dimanches - Valéry Rosier
Meilleur documentaire
LoveMEATender - Manu Coeman

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.