email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLINALE 2012 Forum / Roumanie / Pays-Bas

"Tout le monde dans la famille" est capable de violence

par 

"Tout le monde dans la famille" est capable de violence

Everybody in Our Family [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Radu Jude
fiche film
]
, suite donnée par Radu Jude à La fille la plus heureuse du monde [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, présente beaucoup de caractéristiques propres au nouveau cinéma roumain mais les inclut dans un récit plus violent que ce à quoi ces réalisateurs nous ont habitués. Après Aurora [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Clara Voda
fiche film
]
de Cristi Puiu, dont l'esprit est violent mais pas l'action, le film de Jude se démarque.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Marius (Serban Pavlu, de La fille la plus heureuse du monde et La Mort de M. Lazarescu [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) est un dentiste divorcé qui passe prendre sa fille chez sa femme Otilia (Mihaela Sirbu de Medal Of Honor [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) pour un temps limité par la loi (deux jours) et l'emmène à la mer. Sofia (Sofia Nicolaescu), cinq ans, vit non seulement avec sa mère mais aussi avec sa grand-mère Coca (incarnée par l'actrice aguerrie Tamara Buciecanu-Botez) et le petit ami de sa mère, Aurel (interprété par un visage familier du cinéma roumain, Gabriel Spahiu, récemment à l'écran dans Adalbert's Dream [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Gabriel Achim
fiche film
]
).

Otilia n'est pas chez elle, ce que Marius apprend juste avant de prendre le chemin du retour d'Halkidiki, alors que Sofia, nauséeuse et fiévreuse, est encore endormie. Bien qu'il ait hâte de se mettre en route, la chose ne presse plus. Quand finalement Marius et Sofia sont prêts à partir, Aurel décide qu'ils devraient attendre le retour d'Otilia, et d'ailleurs Marius était censé emmener la fillette au parc, pas à la mer. Les problèmes ne font que commencer : à la fin du film, on se retrouvera presque dans une situation de prise d'otage.

Les personnages ne cessent de parler (le scénario co-écrit par Jude et Corina Sabau contient principalement des dialogues, puisque le décor ne change pas beaucoup un fois Marius arrivé à l'appartement de bord de mer). La photographie et les éclairages sont très directs et propres, comme dans d'autres productions roumaines récentes (le chef opérateur est Andrei Butica, qui a aussi filmé Lazarescu et Francesca [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
). La musique est ici absente mais les interprétations sont hyperréalistes et la toute jeune actrice impressionnante.

À l'approche de l'épilogue, la tension monte de plus en plus à mesure que Marius, frustré, devient violent. Ce personnage est sans doute désagréable, mais les autres ne sont pas bien mieux. Le film rappelle le mot de Sartre, "L'Enfer, c'est les autres", mais le titre vient d'une scène où Marius explique à Sofia que "tout le monde dans la famille ira au Paradis" : Rude veut montrer que nous sommes tous capables d'attitudes conflictuelles et de violence.

Everybody in Our Family est une coproduction entre les sociétés roumaines HiFilm et Abis Studio et la maison hollandaise Circe Films. Les ventes internationales du film sont assurées par Films Boutique.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy