email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Estonie

Frissons et imagination à Haapsalu

par 

- Cineuropa se penche sur un genre rare dans les pays baltes à l'occasion du Festival du film d'horreur et du film fantastique d'Haapsalu, qui célèbre en particulier le centenaire du cinéma estonien

Frissons et imagination à Haapsalu

À l'occasion du centenaire cette année du cinéma national, le public estonien se voit proposer nombre de classiques, du tout premier film estonien, Karujaht Pärnumaal (Bear Hunt in Pärnu County, réalisé en 1912) à Autumn Ball [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(2007), récemment élu meilleur film estonien de tous les temps. Les films de genre sont toutefois bien plus rares en Estonie, comme dans la plupart des pays où l'industrie du film reste relativement concise, et les genres de la science-fiction et de l'horreur en particulier ne sont pas bien représentés.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Le 7ème Festival du film d'horreur et du film fantastique d'Haapsalu (24-27 avril) se propose de fait de montrer des titres cultes "oubliés" du cinéma estonien, comme le classique The Curse of the Valley of Snakes de Marek Piestrak (URSS/Estonie/Pologne, 1987) et The Wedding Picture deRaul Tammet (1980).

Maria Reinup, la directrice de l'événement, souligne que les réalisateurs d'aujourd'hui semblent avoir envie de se tourner vers le cinéma de genre, comme en témoigne la sélection de quatre nouveaux courts métrages de genre réalisés dans le cadre de l'École balte du cinéma et des médias. Pour elle, "le cinéma estonien est souvent dans l'ombre du cinéma scandinave, mais il est en train de sortir petit à petit des contraintes du cinéma d'auteur et des drames classiques : la nouvelle génération produit des films comme District 9 (2009) et Rare Exports: A Christmas Tale [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jalmari Helander
fiche film
]
(2010), des oeuvres au budgets assez modestes issues de pays qui ne sont pas connus pour leur cinéma de genre".

"Cela montre qu'on n'est pas forcé de faire un blockbuster de genre hollywoodien pour créer un film de genre, et l'Estonie est l'endroit parfait pour cela – après tout, ne sommes nous pas connus pour nos mythes et légendes. Bien que le cinéma de genre n'ait jamais été notre point fort, il y a quelque chose de nouveau dans l'air qui indique cela devrait changer bientôt".

Au delà de son gros plan sur le cinéma de genre estonien, la petite ville d'Haapsalu va aussi accueillir la présentation de films comme le titre d'ouverture, le polar norvégien Jackpot (2011), ainsi que Malveillance [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Jaume Balagueró (2011) ou encore le film d'horreur britannique Inbred (2011), sans oublier des classiques comme Salò et les 120 journées de Sodome de Pasolini (1975) et Robocop (1987). Une section sera consacrée au cinéma de série B actuel qui aura pour invité d'honneur le metteur en scène culte Bill Rebane.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy