email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE Espagne

Les studios Ciudad de la Luz doivent rendre 265M € à la Région de Valence

par 

- L'investissement réalisé par la région en direction des studios d'Alicante a été déclarée "financement public illégal" par la Commission européenne

Les studios Ciudad de la Luz doivent rendre 265M € à la Région de Valence

Les studios Ciudad de la Luz, inaugurés à Alicante en 2005, devront rendre à la Région de Valence les 265 millions d'euros qu'elle y a investis, a décidé la Commission européenne après une enquête qui a permis à la Commission en charge de la Concurrence mené par Joaquín Almunia de déterminer qu'il s'agissait d'un financement public illégal.

La conclusion de l'enquête est en effet qu'"a ucun investisseur privé n'aurait accepté d'investir selon les mêmes termes" et qu'ainsi le financement par la région valencienne “perturbe fortement le jeu de la concurrence eentre les principaux studios européens". La commission européenne a lancé son enquête en 2008 sur demande de deux entreprises européennes non-identifiées du secteur du cinéma (lire l'info).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

“Non seulement n'est-il pas nécessaire de gâcher de l'argent public pour financer un nouvel opérateur cinématographique mais cela pénalise en outre les studios existants et autres intéressés souhaitant pénétrer le marché sans pouvoir bénéficier de financements publics", précise le communiqué de la Commission, qui estime que "dans le contexte économique actuel, les conséquences de cela peuvent être désastreuses".

Le jugement, contre lequel le président de la Région de Valence Alberto Fabra va interjeter appel, énonce que les studios disposent de quatre mois pour rendre l'argent. En plus de l'incertitude (d'environ 190 millions d'euros) qui plane à présent sur les studios, les procédures judiciaires dans lesquels ils se sont englués et leur fonctionnement déficitaire sont un véritable "iceberg" (comme l'a dit lui-même son directeur général, José Antonio Escrivá) dans le parcours de ce grand Titanic qu'est Ciudad de la Luz.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.