email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS Italie

Il comandante e la cicogna : un fable sur l'Italie corrompue

par 

- La troisième comédie de Silvio Soldini, interprétée par Valerio Mastandrea et Alba Rohrwacher, arrive sur les écrans transalpins le 18 octobre

Il comandante e la cicogna : un fable sur l'Italie corrompue

Une cigogne survole la ville, observant avec détachement la dégradation morale d'un pays. Du haut de son cheval, la statue de Giuseppe Garibaldi commente avec amertume la désolation humaine et la vulgarité qui l'entoure. Silvio Soldini ne veut pas se salir les mains et frapper trop fort : dans Il comandante e la cicogna [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(dans les salles le 18 octobre sur 250 copies distribuées par Warner Bros), il filtre avec légèreté son regard sur le réel et conclut la trilogie de comédies commencée avec Pain, tulipes et comédie, puis Agata e la tempesta.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film ferme aussi la parenthèse réaliste de Giorni e nuvole [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
et Ce que je veux de plus [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
. Le subtil réalisateur milanais propose ici une fable moderne sur l'Italie contemporaine où une histoire d'amour et de rapports familiaux est prise dans le piège de la matérialité mesquine de notre époque.

Les héros sont un plombier (Valerio Mastandrea), son épouse défunte (Claudia Gerini), qui lui apparaît en bikini, leur fille adolescente et leur fils de 13 ans, un garçon un peu différent (interprétés par Serena Pinto et Luca Dirodi, pour la première fois à l'écran), ainsi qu'une artiste rigolote et sans le sou (Alba Rohrwacher), son excentrique propriétaire, un parfait "moralisateur métropolitain" (Giuseppe Battiston) et un avocat pour escrocs et policiers corrompus (Luca Zingaretti).

"L’Italie est en train de vivre des années vraiment dures, les gens sombrent dans le marasme qui nous entoure, et le plombier comme l'artiste en portent les marques. J'ai cherché une façon nouvelle de raconter ce que je vois à travers le pouvoir de la fantaisie et la légèreté", explique Soldini, qui a situé l'action dans le Turin austère où est née l'Unité italienne il y a 150 ans, mais en lui imprimant tendresse et ironie, et en y insérant des gags parfois drôles, parfois non (comme celui des paysans du sud offrant un agneau). Le film avance en funambule entre une histoire impalpable, d'une part, et, de l'autre, la monstruosité de la défiguration sociale, traitée avec douceur. Il conserve cependant parfaitement son équilibre grâce au travail de direction d'acteurs dont il est le fruit et à sa mise en scène recherchée.

Il comandante e la cicogna est une coproduction italo-suisse entre la société Lumière & Co. de Lionello Cerri, Ventura Films et la Radio Télévision Suisse, en association avec Illva Saronno (grâce au système de crédits d'impôts) et avec le soutien de la Commission du film Turin Piémont, de la Commission du film du Val d'Aoste, du Fonds Filmplus de la République et Canton du Tessin, d'Eurimages et du Ministère de la Culture italien, qui a reconnu le film d'intérêt culturel.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy